Liane Moriarty, Le secret du mari : Desperate housewives à l’australienne

Numéro un sur la liste des best-sellers du New York Times, vendu dans 35 pays, Le secret du mari, best-seller australien qui a séduit deux millions d’Américaines et quelques Américains, arrive en France. On s’y plonge avec curiosité : comment renouveler le genre ? En prenant les mêmes recettes remises au goût du jour.

 

Dans l’ordre, il y a donc une communauté soudée (des parents d’élèves d’une école primaire à Melbourne), des personnages bien identifiés (trois femmes de tête) et un grain de sable qui prend l’allure d’une tempête dans le désert. Cécilia est la reine du Tupperware et des goûters maison tandis que Tess enjambe les fuseaux horaires pour son travail. Et Rachel, la grand-mère meurtrie par la vie, renaît grâce à son petit fils Jacob.

 

Mais dans ce microcosme friand de barbecue, le drame s’invite. Cécilia tombe sur une lettre de son mari avouant un geste atroce durant son adolescence. Doit-elle se taire ou le dénoncer ? De l’étude de mœurs sur la banlieue à la Desperate Housewives, le livre tourne au polar et au cas de conscience. Une erreur, même funeste, pèse-t-elle moins lourd que vingt ans de mariage ? On suit l’intrigue, vaguement amusée, mais rassurée de savoir que tout finira par s’arranger. Chacune trouvera en effet la paix et la solution en elle.

 

Un film devrait suivre les aventures de nos héroïnes australiennes. Hollywood ici ne prend pas de risques démesurés : consensus et carton assuré !

 

Ariane Bois

 

Liane Moriarty, Le Secret du mari, Albin Michel, avril 2015, 400 pages, 21,50 € 

1 commentaire

anonymus

Je termine à l'instant "Le secret du mari" que j'ai lu presque d'une traite. L'Épilogue, je dois dire, est vraiment "apaisant", et on veut croire à cette histoire. Merci pour ces beaux instants.