Les photos d'Anna Bambou ou les couleurs d'une âme

Sous le nom Anna Bambou se cachent deux femmes : Sabrina et Marianne. L'une est photographe, l'autre réalisatrice et conceptrice de projet. Sous ce nom elles ont inventé la quête d'une femme qui n'a laissé derrière elle que quelques indices. Au fil du temps les deux créatrices en proposent de nouveau tels des projectiles à rattraper par le regardeur.

A la galerie Hegoa de Paris Anna Bambou offre une partie des résultats de leurs aventures (et de leur "modèle") au moyen de photographies impressionnantes au couleurs défaites et recomposées. La plus récente s'intitule "Je crois aux nuits". Celles qui rappellent leur héroïne. Et Anna Bambou d'écrire : "Elle est née dans mon obscurité, repartie dans la nuit, une lumière à la main, sur un autre chemin que le mien… Loin du soleil de mes nuits."

Qu'importe alors si les fleurs n'apprendront jamais à voler (à moins d'être attachées à une femme qui n'existe peut-être pas). Mais les photos "disent" à leur manière les blessures de la vérité. Elles sont si profondes qu'elles noient les mensonges sur un quai de gare ou un port de marchandises.

Dans de telles oeuvres la lumière ne procure pas que de la chaleur mais elles donnent du courage, de la volonté. En filigrane un message semble serpenter : l'amour est le paradis vécu en un enfer perpétuel. Grâce à leur héroïne les deux artistes triomphent du temps et trouvent peut-être une forme de salut. C'est une manière de se changer elles-mêmes pour l'amour d'une autre.

 

Les photos d'Anna Bambou à la Galerie Hegoa, Paris

Sur le même thème

1 commentaire

les Fleurs crient

http://Voici le poème que m'ont inspiré les photographies d'Anna Bambou.
Je peux vous en envoyer d'autres. Voici mon email : patrickchavardes@free.fr

Avec amitié

P. Ch