Marcel Warmenhoven : chienne de vie

 

Entre un récup-art et la quête des formes premières Marcel Warmenhoven poursuit une recherche particulière où l’émotion reste toujours présente de manière intense.


Entre forme classique et baroque, l’animal et l’homme se renvoient la balle dans la recherche de l’essence du monde. L’aspect décoratif est sublimé au profit d’une force sourde qui perturbe les habitudes de voir. L’ « idée » est toujours présente sans casser l’affect : le sens se lie aux sens..

 

Les corps humains polis, les figurations animales constituées d’éléments de récupération possèdent une signification philosophique sur la condition humaine. Le travail de la matière n’a rien de grossier : il est à la fois tumultueux et précis et ramène à la hantise comme à l’appel d’une vie autre, dégagée des parures contemporaines.

 

Chaque créature semble à la recherche de son sens. Tandis que  l’animal file au paddock, à la niche ou à la ménagerie, l’homme va à sa perte. Sachant qu’il ne peut être ange il est ramené à la bête. Parfois le peau n’est qu’une charpente : l’air y passe. Parfois elle devient noire afin que la lumière ne pénètre pas à l’intérieur du corps. Mais il est toujours question de charge existentielle par la magie des substrats. La solitude reste première. L’art du Néerlandais aussi.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

http://www.marcelwarmenhoven.nl/

Sur le même thème

1 commentaire

Jesaispas
Jesaispas

Pertinente analyse de JPGP qui , malgré le bourbier sens et non-sens  , accompagne la bijectivité  homme-animal si bien sculptée par l'artiste néerlandais . L'homme à quatre pattes vaut bien la déesse Bastet .