Céline de Saër : du nouveau au cosmos

Ces textes créent une sorte de révolution. Céline de Saër y redessine une trajectoire selon sa propre guérilla poétique. Surgit un étrange voyage existentiel pour une femme qui  boit jusqu’à la lie le verre de la vie puis s’en arrache.
L’imprévisible saisit en se dégageant du chaos considéré comme un monstre L’auteure montre ce qui s'y cache là et où la poésie dépote les acquis. L'héroïne (si l’on peut définir la créatrice) se bat en conséquence contre  les pâles friperies du logos.toujours tapi dans des conventions classiques.
De plus, ce livre prend le risque de lier au masque l’aveu. Ce n’est pas un miroir pour une jeune fille, ni un alcool pour un soir de fête. La poésie gagne connaît ni la pause ni la victoire. Elle avance dans le souffle et la mesure, comme le sacre et aussi des  accidents de parcours.

Jean-Paul Gavard-Perret

Céline de Saër, La veine des étoiles phonétiques, coll. 25, Atelier de l’agneau, avril 2024, 80 p.-, 16€

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.