Le Feu et la roche, tome 3 - Predator

Le futur. La mission d'exploration sur la planète LV-223 a tourné au désastre. Massacrée par les Aliens, les membres de l'équipage ont fui à bord du vaisseau Persée, abandonnant quelques survivants sur LV-223 entre les griffes des Aliens et de l'étrange créature surnommée l'Ingénieur. Sauf que Piper, Higgins et Galgo sont loin d'être tirés d'affaire, eux qui pensaient rentrer tranquillement sur Terre. Un Predator s'est introduit à bord. Son objectif ? Se rendre sur LV-223 pour chasser l'Ingénieur et récupérer le trophée. Et il n'a pas vraiment l'intention de négocier avec l'équipe du Persée…


Le Feu et la roche est une saga qui se déroule dans l'univers d'Alien, Predator et Prometheus. Ces trois classiques du cinéma de science-fiction ont au moins un point commun : ils partagent tous une vision je dirais lovecraftienne de l'humanité : L'humain n'est qu'une créature insignifiante dans l'univers, où vivent des créatures et des êtres qui lui sont bien supérieurs, et surtout hostiles. Alien de Ridley Scott était une magnifique histoire de tueur en série dans l'espace. Predator de John McTiernan proposait une traque entre un chasseur (le Predator) et sa proie (Dutch), traque primitive et bestiale puisque le héros était progressivement dépouillé de sa technologie pour finir la lutte à mains nues. Enfin, des années après, Ridley Scott revenait étoffer l'univers d'Alien, avec un Prometheus sous la forme d'une vraie fausse-sequelle pas toujours satisfaisante, mais plastiquement époustouflante.


Le Feu et la roche se posait donc d'emblée comme héritière d'un long (et lourd) passif cinématographique. Les deux premiers tomes s'évertuaient à reproduire respectivement l'atmosphère de Prometheus et d'Aliens, tout en développant une intrigue générale qui reliait les deux univers d'une manière agréable et étonnamment convaincante (peut-être même plus que le flou artistique qui caractérise Prometheus le film). Ce tome 3 rajoute un nouveau compagnon de jeu, si je puis dire, avec ce Predator qui cherche à se faire l'Ingénieur, dans un esprit safari spatiale sauvage bien raccord avec les deux films précédents de la franchise. C'est d'ailleurs là une des grandes qualités de Le Feu et la roche jusqu'ici, le respect des œuvres d'origines. Que ce soit en terme de passages obligés ou de stéréotypes à chacun des films, ou en terme de cohérence, on sent bien que les scénaristes (sur ce tome 3, Joshua Williamson) font extrêmement attention à peaufiner leur travail. Si chaque album peut être lu indépendamment des autres, ils se répondent les uns aux autres, et ce tome 3 parachève ce sentiment d'unité générale, lorsqu'on revient sur LV-223, et qu'on retrouve des personnages du tome un. Bien vu.


En fait, au-delà du scénario, mon plus gros plaisir sur ce tome, ce sont les dessins. Les deux premiers tomes ne m'avaient pas forcément convaincus sur ce plan, mais avec ce tome 3, on franchit véritablement un palier. Christopher Mooneyham (retenez ce nom !) réalise un travail magnifique, qui m'a rappelé les styles de Klaus Janson et Matteo Scalera (Black Science), c'est-à-dire un trait brut, sauvage, puissant qui convient parfaitement. Ici pas de fioritures : LV-223 est une planète hostile, les créatures extra-terrestres sont dangereuses et le trait du dessin même nous le fait ressentir.


Ce tome 3 de la saga Le Feu et la roche est donc celui de la maturité : l'intrigue a pris son envol, les enjeux sont posés, et pour parachever le tout, les dessins sont de qualité. Si bien que même si vous n'êtes pas fan d'Alien et son univers, je ne peux que vous conseiller d'y jeter plus qu'un œil. Il y a derrière une véritable passion communicative pour la franchise originelle, et surtout un joli travail scénaristique en cours. Vivement le tome quatre.



Stéphane Le Troëdec




Joshua Williamson (scénario) et Christopher Mooneyham (dessins)

Le Feu et la roche, tome 3 - Predator

Édité en France par Wetta

Collection Replay

96 pages couleurs, papier mat, couverture souple effet gomme

22,55 euros

ISBN : 9782360740406

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.