Harbinger intégrale, tome 1

Harbinger ou comment réinventer les X-Men. Et quand les auteurs ont autant de talent, il n’y a pas de raison de s’en priver. Épique et passionnant, Harbinger est la dernière bombe de chez Bliss Comics.

 








 

 

Peter Stanchek est ce qu’on appelle un psiotique, un être humain possédant des pouvoirs extraordinaires. Né avec des dons de télépathies d’une puissance inégalée, Peter a vécu une bonne partie de son enfance et de son adolescence dans un hôpital psychiatrique. Pour réguler ses pouvoir, on lui a infligé une camisole chimique. Mais Peter s’est échappé.

Dans sa cavale, il est recueilli par Toyo Harada, un autre psiotique. C’est pourquoi Harada a créé la fondation Harbinger, une organisation vouée à faire de la Terre une utopie. Dans ce but, les cadres d’Harbinger recrutent officieusement des psiotiques latents, activent leur pouvoirs de manière brutale et leur apprennent à travailler en équipe.

Mais Peter refuse les méthodes agressives d’Harada. Il s’affranchit d’Harbinger et active d’autres psiotiques. Peter, Flamingo, Faith, Torque et Kris fondent les Renégats. Leur objectif ? Détruire la fondation Harbinger et s’opposer aux méthodes brutales d’Harada !

 

 

 

Les X-Men, en mieux

Joshua Dysart n’est pas tout à fait un inconnu. Le scénariste est à l’origine de B.R.P.D. Origins, l’excellente préquelle de l’univers d’Hellboy. Sur un CV, ça fait son effet. Filez-lui carte blanche pour officieusement réinventer un classique des comic-books, les X-Men par exemple. Vous pouvez vous attendre à ce qu’il fasse des étincelles.

En fait, Joshua Dysart fait mieux que ça : il prend les stéréotypes de Marvel et les explose. Et il en ressort quelque chose de tout à fait étonnant et surprenant. Ou comment faire du neuf avec du rabâché.

Harbinger reprendre donc à son compte le principe des X-Men. Des ados rejetés dotés de pouvoirs surnaturels se réunissent pour survivre dans un monde qui les rejette. Les X-Men avaient Jean Grey, la puissante télépathe ; les Renégats ont Peter Stanchek. Dysart a poussé les curseurs un peu plus loin et a donné à ses personnages des motivations plus proches des adolescents d’aujourd’hui.

Harbinger porte un regard finalement plus nuancé (et plus violent aussi) que certains titres de super-héros mainstream. Ici, la frontière entre le Bien et le Mal se fait plus floue. Il n’y a pas réellement de super-vilains par exemple. Chaque clan a ses motivations, pas forcément maléfiques. Même leurs objectifs ne sont pas incompatibles, seulement, personne n’est d’accord sur la méthode a employer.

 

 

 

Valiant, un univers partagé

L’univers Valiant est un univers partagé. Les interactions entre les personnages sont fréquentes. L’objectif est de créer un monde riche et de renforcer sa crédibilité. Avec Harbinger, on tient une série primordiale : les évènements nous amènent vite à une espèce de croisée des chemins. Comprendre que la série implique d’autres titres Valiant. Les personnages de Bloodshot, du Moine qui saigne et d’Harada sont de vieilles connaissances déjà croisées dans Ninjak et X-O Manowar, d’autres séries Valiant.

Dysart prend soin de ne jamais perdre le lecteur. Harbinger pourrait presque être la série qui introduirait les nouveaux lecteurs à l’univers Valiant. On part d’un petit groupe de personnages, les Renégats, qui découvrent petit à petit qu’il y a d’autres groupes comme eux dans la saga Harbinger Wars. Ça m’a encore une fois fait penser à des histoires des mutants Marvel. Mais en plus réussi, probablement parce que les personnages sont aussi plus neufs et que tout peut arriver. Vraiment : il faut vous attendre à des surprises !

 

 

Un beau pavé bien pensé

Comme pour X-O Manowar, Bliss Comics a eu la bonne idée de réunir un grand nombre d’épisodes dans un seul livre. Du coup, on obtient un volume très épais et bien lourd de près un millier de pages. On peut choisir de dévorer les épisodes d’un seul coup ou d’étaler sa lecture. Quel plaisir de porter un bel ouvrage bien épais, de sentir qu’il reste encore un bon paquet de pages avant de venir à bout du monstre !

Un mot sur la présentation de Bliss Comics. Chaque saga est clairement annoncée. Chaque épisode est précédé de sa couverture originale. L’éditeur a conservé les infographies des épisodes US, qui résument régulièrement les forces en présence de manière moderne et originale. Difficile de faire mieux en termes de présentation.

 

 

 

Et maintenant ? Lisez la chronique de X-O Manowar !

 

 

 

Stéphane Le Troëdec

Retrouvez-moi sur mon blog !

 

 

 

Les références

Joshua Dysart (scénario), Khari Evans, Barry Kitson, Clayton Henry, Rafa Sandoval, Trevor Hairsine (dessin)

Harbinger intégrale, T1

Épisodes US : Harbinger n°0, n°1-25, Bleeding Monk n°0; Harbinger Wars n°1-4 et Harbinger : Omegas n°1-3

Édité en France par Bliss Comics (23 mars 2017)

49,00 €

928 pages couleurs, papier glacé, couverture cartonnée

EAN : 9782375780657

Sur le même thème

1 commentaire

Ca semble bien sympa ! Faut que j'essaye.