Futures End, tome 1

2049, dans le futur de l'univers DC.

Une terrible guerre oppose les machines de l'Œil, une intelligence artificielle, à l'humanité et ses super-héros. Les machines sont sur le point de l'emporter, après avoir assimilé peu à peu toute vie sur Terre. Les ultimes espoirs reposent sur une poignée de rebelles, dont Batman. Son plan ? Utiliser une machine à remonter dans le temps pour empêcher la conception de l'Œil et ainsi sauver le futur.

Hélas, Batman est tué juste avant de pouvoir utiliser la machine et c'est Terry McGinnis, le jeune disciple de Batman, qui doit remonter le temps à sa place. Nouveau problème : la machine se dérègle et transporte le jeune homme trente ans en arrière, en 2019, bien avant la création de l'intelligence artificielle ! Terry se retrouve dans un monde qu'il ne connaît pas, sans espoir de retour possible…


Future Ends est une nouvelle grande épopée dans l'univers DC Comics… ou plutôt les futurs de l'univers DC. C'est une des originalités de cette aventure : installer une histoire qui se déroule cinq ans dans le futur. La première conséquence, c'est de mettre le lecteur au même niveau que le jeune héros. Nous découvrons un environnement connu, mais suffisamment différent pour attiser notre curiosité. Ce n'est pas la première fois ces dernières années qu'on nous propose un univers alternatif : je pense par exemple au sympathique Earth 2 (ou même Injustice) . Mais au contraire d'Earth 2, l'un des plaisirs dans Future Ends, c'est de lire l'univers DC Comics officiel de dans cinq ans si je puis dire (encore que, lire plus bas). Du coup, on se prend à guetter les différences entre l'univers actuel et cet univers n+5.


Les influences sont ici évidentes. Le principe de base m'a beaucoup fait penser à Terminator, par exemple, mais au pays des super-héros. Les visions d'un futur sombre dominé par les machines, avec une IA maléfique omnipotente et omniprésente font irrémédiablement penser aux deux films de James Cameron, et c'est parfaitement assumé. Mais tout le talent des quatre scénaristes (Brian Azzarello, Keith Giffen, Dan Jurgens, et Jeff Lemire, on a vu pire comme équipe), c'est de construire quelque chose de neuf, avec ce qu'il faut de classique pour nous rassurer, et ce qu'il faut d'original pour nous accrocher.


Dans Future Ends, on croise pas mal de personnages DC un peu oubliés ces dernières années. Les gros calibres Superman, Batman, et Wonder Woman manquent à l'appel, ou du moins, n'occupent pas la même place qu'à l'accoutumée, et là aussi je pense que c'est parfaitement voulu. On a vu qu'il y avait donc le jeune Batman de la série animée Batman Beyond.

Il y a quelques années DC Comics récupérait tous les personnages de l'éditeur Wildstorm, et depuis le redémarrage de l'univers DC, on les avait finalement peu aperçus. En revoilà ici quelques-uns, et pas des moindres : l'équipe de Stormwatch/The Authority et Grifter (ex-membre de l'équipe des WildCATS). Leur intégration officielle à l'univers DC se fait ici en douceur. Et même si on n'aime pas ces personnages, il y a un plaisir à voir la mécanique narrative s'amorcer pour les fusionner à l'univers DC.


Reste un problème : vu la tournure des événements, on a beaucoup de mal à croire, en refermant ce premier tome qu'on a sous nos yeux le vrai futur de l'univers DC. Il y a de gros changements, des personnages importants disparaissent, et on sent bien que ce Future Ends porte certainement bien son nom, savoir que dans cinq ans ce ne sera pas raccord… Du coup, cette épopée s'apparente plus à un énorme what if qu'autre chose. Mais voyons le bon côté des choses, on risque d'avoir des surprises.


Soyons honnête, j'ai un peu ouvert ce premier tome avec dans le crâne un préjugé, l'idée que DC raclait les fonds de catalogues. Et puis dès les deux-trois premiers épisodes, je me suis surpris à apprécier. Future Ends, sur ce qu'on peut en lire là, est une saga rafraîchissante, carrée, et bien construite avec des personnages certes secondaires mais qui trouvent ici une aventure où ils peuvent s'exprimer en dehors de l'ombre écrasante des grosses stars.


Solide et surprenant.



Stéphane Le Troëdec




Brian Azzarello, Keith Giffen, Dan Jurgens, Jeff Lemire(scénario) collectif (dessins)

Future Ends, tome 1

Cet album compile les épisodes 0 à 12 de la série Future Ends publiée aux USA par DC Comics.

Édité en France par Urban Comics (26 juin 2015)

Collection DC Renaissance

296 pages couleurs, papier glacé , couverture cartonnée

22,50 euros

ISBN : 9782365776455

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.