Brian Azzarello présente Hellblazer, tome 2

Brian Azzarello présente Hellblazer tome 2

Suite et fin des aventures américaines du sorcier roublard John Constantine. Des épisodes controversés et à ne pas mettre entre toutes les mains !

Après s’être échappé de prison, John Constantine va connaître les dernières étapes de son voyage aux États-Unis. Dans le Montana, il vient en aide à la veuve d’un de ses amis et doit se confronter à un groupe de néonazis. Enfin, à Los Angeles, Constantine affronte l’homme qui tire les ficelles dans l’ombre depuis que le sorcier anglais est arrivé aux USA. Un adversaire très puissant qui pourrait bien être plus lié à John qu’il ne l’imagine…

Un John Constantine plus sadique que jamais

Brian Azzarello poursuit son run de la plus belle des façons en s’appuyant sur une formule devenue classique pour la série : des arcs narratifs de plusieurs épisodes entrecoupés d’histoires indépendantes (notamment la première, un flashback dessiné par un Guy Davis inspiré). Par contre, la continuité est un peu plus importante que d’habitude : je vous conseille de relire rapidement le tome 1 avant de vous attaquer à celui-ci, les intrigues étant très liées.

Sous la houlette d’Azzarello, le personnage de John Constantine se fait plus acerbe et sadique. Par moment, le sorcier montre même des facettes de sa personnalité pour le moins déplaisantes. Azzarello appuie le trait, pousse les curseurs. La série s’aventure dans des territoires jusqu’ici inexplorés, surtout en matière de sexualité et de déviance : sadomasochisme, bondage et jeux de domination sont de la partie (mais évidemment pas comme on peut l’imaginer de prime abord). Ces épisodes sont déconseillés aux lecteurs les plus sensibles.

 

Brian Azzarello présente Hellblazer tome 2 - extrait

 

La révélation Marcelo Frusin

Dans le premier tome de la collection, les dessins de Marcelo Frusin s’avéraient déjà prometteur. Ici, il souligne à merveille le sadisme de John Constantine ou la luxure des hôtesses d’une boîte BDSM. L’artiste atteint ici une maturité graphique impressionnante, imposant un style qui rappelle furieusement… Eduardo Risso. Ce dernier étant un des comparses réguliers de Brian Azzarello, il n’est guère surprenant que ce duo Azzarello/Frusin fonctionne si vite. De quoi regretter que Frusin n’ait plus rien dessiné depuis la série Loveless (encore avec… Azzarello, décidément).

 

Brian Azzarello présente Hellblazer tome 2 - extrait

 

Un succès public mérité

La série Hellblazer semble avoir trouvé son public. Urban Comics annonce en effet 15 000 exemplaires vendus pour la collection Garth Ennis présente Hellblazer, et près de 5 000 pour Warren Ellis présente Hellblazer. De très beaux chiffres pour une série adulte et franchement à part, mais pas surprenants au regard de la qualité du titre. Une qualité que Brian Azzarello a su perpétuer. Urban Comics annonce déjà la suite, Mike Carrey présente Hellblazer, à paraître en octobre. John y reviendra sur le Vieux Continent pour des intrigues plus tordues encore !

► Et maintenant ? Lisez la critique de Garth Ennis présente Hellblazer tome 1 !

 

Stéphane Le Troëdec

Retrouvez-moi sur mon blog !

 

Les références

Brian Azzarello (scénario), Guy Davis, Marcelo Frusin, Giuseppe Camuncoli (dessin)

Brian Azzarello présente Hellblazer, tome 2

Édité en France par Urban Comics (23 juin 2017)

Traduit par Philippe Touboul

Lettré par Moscow Eye

Collection Vertigo Signatures

28,00 €

336 pages en couleurs sur papier mat et sous couverture cartonnée

EAN/ISBN : 9791026811398

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.