Les féeries en abîme d’Alexandra Jedroszkoviak

 

Créatrice d’espace parfois surréalistes et parfois naïfs aux laps ouverts sur le blanc du support, Alexandra Jedroszkoviak offre un univers très particulier imbibé de l’histoire des arts. Dans ses mixages un univers étrange apparaît à la fois hors du monde et dedans en morcellements intempestifs, économie de moyen et féerie particulière. Ne restent que des signes qui se partagent entre l’ascèse ironique et la souplesse.

S’y respire un lointain proche pourtant. L’œuvre produit des brèches à travers l’espace « normé ». Emane un plaisir inexpliqué par divers déplacements en épures.  Le geste de la création permet d’investir l’espace sans l’occuper totalement. Un rire discret occupe tout l’espace qui semble échapper à la gravitation du sens. Lorsque l’artiste le capture c’est pour le libérer.

Jouant avec les images la plasticienne crée diverses  permutations, détournements. Elles deviennent les éléments de constructions décloses sans souci d’une recherche de logique absolue même si des formes reviennent sans cesse. Alexandra Jedroszkoviak invente une conceptualité drôle. L'apparence moins écorce, enveloppe, carapace devient catapulte au sein d’un jeu démultiplié. Nul ne sait plus qui est quoi, quoi est qui. L’image, d’abri de l’être, devient une auberge espagnole et à la belle étoile. L’artiste ramène parfois à un art quasi rupestre mais avec légèreté et fun. Divers tressaillements font rêver d’un plaisir multiple et durable.

Jean-Paul Gavard-Perret

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.