Deanna Templeton : a bigger splash

Deanna Templeton  a trouvé son inspiration pour son projet après avoir photographié son mari -- skateboarder professionnel et artiste - nageant dans leur piscine. Elle fut fascinée par la façon dont la lumière se réfractait dans  l’eau.  De 2007 à 2015, chaque été, elle invita ses amies  à plonger nues dans l’eau en leur demandant de s’exprimer gestuellement comme elles le sentaient. La nudité donne ici une impression de liberté par son aspect sous-marin.

La série « The Swimming Pool » peut être considérée comme une étude picturale de la lumière et de l’être humain sous l’eau. Elle révèle des préoccupations axées autour de la lumière, l’eau, la femme  le tout à la recherche d’un langage original et ludique qui donne du nu une vision particulière et enjouée.  La photographe a profité des mouvements de ses « modèles » et du jeu de la lumière et de l’eau qui parfois crée une distorsion des corps.

En noir et blanc ou en dominance de couleur turquoise ces photos font bien sûr penser aux travaux de David  Hockney lorsqu’il arriva en 1964 à Los Angeles. Mais ici les hommes sont remplacés par les femmes. A elles les « bigger splashes » qui ont fait la célébrité de l’artiste anglais. De telles photographies sont moins narratives que  « conceptuelles ».  Elles deviennent un contre feu face à l’imaginaire machiste  et permettent non seulement de prendre le bas pour le haut, l'obscurité pour la lumière mais offre la possibilité de reconsidérer les clichés  que les regardeurs entretiennent avec leurs « chères » images.

Jean-Paul Gavard-Perret

Deanna Templeton « The Swimming Pool »,  Fifty One Too, Gallery, Anvers, 2017.

1 commentaire

Ce que je ne comprendrai jamais, c'est comment des gens ont pu être assez tordus pour imposer aux autres de nager en maillot de bain.Si franchement des gens voient de l'indécence ou de la pornographie dans le fait de nager nue, c'est qu'ils ne sont vraiment pas nets dans leur tête.