La première chronique du roi vagabond

Ori s’est promené dans un jardin situé sur la tête d’un colosse qui lui-même marche chaque jour dans un coin différent du monde. Après deux ans de chasse et un échec sans importance pour celui qui n’aime non pas trouver mais chercher les trésors, l’aventurier aux cheveux roux se retrouve sans objectifs à atteindre.

Désœuvré, il ne peut alors que prêter une oreille attentive au vieux mentor qui retrouve sa trace et lui conte le devenir de la cité de son enfance. Une histoire bien sombre car son père, le roi écarlate, a été tué. Ori, son descendant, ne souhaite pas régner sur l’une des trois sectes assurant l’équilibre politique de la cité des échangeurs. Pourtant il ne peut, selon le commandeur Augure, se désintéresser totalement de l’avenir de celle-ci car ses amis se retrouvent en danger.

Le jeune homme, fort de ses années d’expérience de par le monde, retourne alors vers ses origines pour aider les siens et comprendre ce qui a pu arriver pour que son père, le roi écarlate, puisse mourir…

 

L’héritier en exil volontaire revenant contre son grès chez lui non pour réclamer son héritage mais pour sauver les siens est à n’en pas douter un schéma narratif commun dans l’héroïque-fantasy, même s’il admet parfois quelques nuances. Mais s’il est pour le moins classique dans ses promesses, Les Chronique du roi vagabond est rempli d’une poésie admirable sur chacune de ses planches : le regard porté par les auteurs sur la cité des échangeurs et ses personnages envoûte le lecteur. Et loin du jeune premier, c’est un héros attachant rempli de malice et d’humanité qu’il est possible de découvrir. Il y a cependant un bémol à ces louanges sous la plume du dessinateur. La qualité des visages des personnages : figés par moment, ne se ressemblant d’une planche à l’autre… Cela nuit forcément un peu à la lecture lorsqu’il est nécessaire de se baser sur les costumes couleurs des personnages pour identifier...

Néanmoins, le premier cycle étant annoncé à en trois tomes, force et de reconnaître qu’après avoir fini cette ouverture, l’envie de lire la suite est présente : cet univers hante, il y reste tant à découvrir…

 

Pierre Chaffard-Luçon

 

Prieto, Martin & Moreno, Les Chroniques du roi vagabond t1 : le premier mensonge, Delcourt, coll. Terres de Légendes, février 2016, 48 p. – 14,50 €

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.