"Quitter Paris, vous en rêvez ? je l'ai fait"

Après nous avoir parlé de ses régimes, de sa grossesse ou de son mariage, la si parisienne Mademoiselle Caroline quitte Paris pour s'installer à la montage, dans un chalet presque isolé. Encore un peu dans l'air du temps (cette nouvelle ruralité...) mais toujours très girly, elle nous propose avec cet album de se confronter à tous les clichés et de mettre sa féminité à rude épreuve !

Dire adieu aux soirées en terrasse, aux livraisons rapides de sushi ou de pizza, aux petites robes sexy et aux films en VO (que des choses essentielles, donc), mais aussi aux amis (l'éloignement fait un tri naturel, entre ceux qui viennent pour vous et ceux qui viennent pour skier...) et se retrouver seule perdue sous la neige qui empêche les livraisons, coupe les réseaux téléphoniques, oblige à stocker du bois, à s'habiller avec de multiples couches de vêtements qui boudinent...  Cliché contre cliché, petit à petit Mademoiselle Caroline s'adapte à sa nouvelle vie et nous plonge avec elle dans son immersion dans la vie à la montagne où tout le monde est cousin, où les boutiques ferment, où le reblochon est roi !

Il y a beaucoup de scènes très drôles, notamment une réunion "tupperware" de sex toys qui pourrait faire à elle seule tout un film ! C'est un album vraiment très agréable.

Quelle preuve donne-t-elle qu'on peut quitter Paris et survivre ? depuis la parution initiale de cet histoire (2012) elle habite toujours en Haute-Savoie et elle a troqué maintenant son snobisme de parisienne pour un snobisme montagnard qui se moque bien volontiers... des parisiens !

Loïc Di Stefano

Mademoiselle Caroline, Quitter Paris, vous en rêvez ? je l'ai fait, Delcourt, mars 2017 (1re édition 2012), 160 pages, 18,95 eur

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.