Janet Frame : ténuité et ténacité de l'être

Ce livre est la plus longue nouvelle de l'auteure néo-zélandaise Janet Frame. Suite à un diagnostic infondé de schizophrénie elle échappe de peu à une lobotomie – sauvée par l'obtention de l'équivalent du prix Goncourt pour la Nouvelle Zélande.
L'écrivaine prolifique lorsqu'elle vécut à Londres y écrivit de nombreux romans et nouvelles dont celle de ce bonhomme de neige dans les jardins de Londres.

Le neige translucide, étincelante, enflammée reste éphémère : elle fond à l’instant même où l’on croit pouvoir s’en saisir suffisamment pour la retranscrire, en recueillir l'extase avec une avalanche de mots. Ils sont tellement rigides que rien n'y fait.
Pour autant Janet Frame arrive à créer par ces mélopées une sorte de ballet allègre. Le secret d'une expérience qui appartient à l'inaudible, l'invisible, l'imperceptible soudain circule dans les mots comme l'esprit circule sous la peau, dans les muscles, dans les viscères – et entre autres – du bonhomme...

Il  procure un apaisement, une chaleur suave, dignes des lueurs de Londres et des lumières surgies d'une aube sans pour autant qu'elles soient comparables à ce que vit Rimbaud dans Les Illuminations.
Mais Frame en n'est pas loin.

Le plus difficile reste de quitter ces jubilations que le bonhomme procure et devoir revenir à la sensation d'un manque lancinant, à l'aliénation du monde social. Mais une telle image scelle dans l'humilité le sort d'être humain.
La vie s'impose toujours sans conditions, et même si parfois elle devient aussi fine qu'un courant d’air, elle demeure une alliance fragile mais indéfectible. Perdure – jusqu'à la mort – la tension entre le temps et l'éternité.

Cette alliance fait sans doute exister et Janet Frame le rappelle : nous sommes le maillon provisoire entre des milliards d'éléments différents. Sans la moindre alchimie nous devenons comme ce bonhomme de neige un mystère qui subsiste. Pour un temps.

Jean-Paul Gavard-Perret

Janet Frame, Bonhomme de neige Bonhomme de neige, traduit de l'anglais (Nouvelle-Zélande) par Keren Chiaroni et Elisabteh Leterre, Editions des Femmes - AntoinetteFouque, mai 2020, 140 p., 15 euros

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.