Astrid Shriqui Garain : pudeur et extase

 Ne se soumettant ni à un seul corps, ni à un seul lieu Astrid Shriqui Garain n’attend pas que le vol des oiseaux s’effondre sous le poids de la lune et de l’ombre pour en retenir le passage. La sensorialité sous jacente fait apparaître le ciel diurne ici-même, ici bas dès que

« Les cernes bleus que dessinent les voyages modèlent chaque visage

C’est ainsi que se lit l’impression d’incroyables paysages ».

Bleu jacinthe ou bleu fondu qu’importe : la poétesse  saisit les « bagatelles » du monde, les segments de la vie. Elle les relève au besoin dans ce qui devient une enquête filée dont la trame ne s’effiloche plus puisque le langage poétique se donne comme aptitude à rendre le corps présent :

«  Tu respires,

Et je suis en attente

Seul le jour viendra te découvrir

Quant à moi je ne bougerai pas »

- ou presque - sous le joug d’une douce ivresse. Elle se déploie lumineusement de poèmes en poèmes. Leurs lueurs heurtent les doutes. Dès lors, par évocations diffractées, l’œuvre offre - loin de la nostalgie - l’existence questionnée, reprise, assimilée. Preuve que les yeux d’Astrid Shriqui Garain restent ouverts et que ses mots soulèvent la perception des êtres et des choses non sans laisser poindre un trouble séduisant. Le livre devient un autoportrait fascinant. Il s’extrait de l’événementiel biographique. Son écriture crée une empreinte existentielle dans la généalogie du corps en son rapport à lui-même, à l’autre et au monde. Il s'érige ouvert « à la caresse du désir dans l’esquisse du temps". Saisie par la vie la poésie tend donc et à la fois à retrouver la genèse originelle, une constellation d'éléments en attente et l'instant gorgé de rêve possédé par sa puissance d'éternité.

 

Jean-Paul Gavard-Perret


Astrid Shriqui Garain, « Ynys Avallach », Les éditions du Littéraire, Paris, 128 pages, 14,90 Euros

Sur le même thème

1 commentaire

Merci Jean-Paul d'avoir porté votre regard sur mon île et d'avoir laissé ainsi sur son rivage l' empreinte d'un si beau passage. Bien à vous. Astrid Shriqui Garain