Emmanuelle de Boysson, "La Revanche de Blanche", une grande amoureuse embarquée malgré elle dans l'affaire des poisons

En 1664, Blanche de la Motte, treize ans est confiée par sa mère Émilie, partie rejoindre son père en Nouvelle France à sa marraine, Ninon de Lenclos. Le règne de Louis XIV est à ses débuts, le roi danse, est amoureux de toutes les femmes et de mademoiselle de La Vallière en particulier.


En retrait s'agitent Françoise de Montespan, dite Athénaïs et tous les personnages qui auront un rôle dans les années à venir, la future Madame de Maintenon, Racine, Molière, Colbert, tous encore jeunes, bientôt puissants. Fouquet est déjà emprisonné à Pignerol, la reine Marie-Thérèse dans ses maternités.


Blanche est éblouie par une représentation des Précieuses ridicules. Elle sera comédienne. Par l'intermédiaire d'Athénaïs qui tisse sa toile loin de son ombrageux mari, elle découvre la cour, ses secrets et ses intrigues. Le roi est omniprésent, la vie et la mort ne tiennent qu'à un fil. Parfois le fil du couteau tranchant la gorge d'un bébé lors d'une messe noire ordonnée par Athénaïs que rien n'arrête. Blanche est épouvantée mais entre son désir de venger la mémoire de sa mère salie par des courtisans et l'accomplissement de son destin qu'elle veut exceptionnel, elle assiste à tout, accepte beaucoup, reçoit mille bienfaits en retour.


Entre ses demi-frères qui veulent la boucler dans un couvent, les jalousies qu'elle suscite et sa vocation d'artiste, elle est aussi une grande amoureuse embarquée malgré elle dans l'histoire des poisons.


Dans ce roman, suite du Salon d’Émilie, Emmanuelle de Boysson conte une histoire aux multiples rebondissements, à la violence mouchetée. Louis XIV fut un grand roi, entouré de personnages hauts en couleur assoiffés de pouvoir que l'auteur restitue avec beaucoup d'imagination et de rythme, sans beaucoup forcer le trait.


Brigit Bontour


Emmanuelle de Boysson, La Revanche de Blanche, Flammarion, avril 2012, 407 p., 21,90 €

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.