Eric Fottorino, Suite à un accident grave de voyageur : quand nos vies prennent un peu de retard

Eric Fottorino, l’auteur de L’homme qui m’aimait tout bas et Le dos crawlé, revient cette fois-ci avec une réflexion sociologique sur un sujet qui touche tous les usagers des transports en commun : l’accident grave de voyageur. Une annonce entendue bien souvent, trop souvent, dans le métro, le RER et qui cache sous cette formule devenue presque banale, le suicide d’une personne.

 

En septembre 2012, près de chez l’auteur et à quelques jours d’intervalle, trois personnes se sont jetées sur les voies du RER : un vieillard, une mère de famille et un homme qui n’a pu être identifié. Sa fille, Constance, a assisté à l’un de «ces accidents voyageurs». Qui sont ces personnes qui ont décidé d’en finir avec la vie ? Personne ne semble le savoir, les journaux ne font mention à l’événement que pour souligner les retards occasionnés sur la ligne. Une mort résumée à un retard, « La mort est passée, la vie est pressée ». Comment expliquer cet anonymat alors que cet « accident » touche tant de personnes ? Comment expliquer ce geste d’une incroyable violence ? Eric Fottorino s’interroge, cherche et nous interroge sur notre propre pratique : qui n’a jamais soupiré en entendant que suite à « un grave accident voyageur », il mettrait deux heures de plus à rentrer chez lui ? En état de veille, pressé, agacé, l’on oublie qu’une personne était assez désespérée pour en finir et l’on ne s’attache qu’aux désagréments causés.

 

En quelques pages, Eric Fottorino s’interroge et nous interroge sur cet acte dans un style percutant pour nous faire sortir de notre indifférence. Une indifférence qui est aussi une protection pour rejeter nos propres angoisses. Une réflexion courte mais qui marque les esprits.

 

Julie Lecanu

 

Eric Fottorino, Suite à un accident grave de voyageur, Gallimard, février 2013, 63 pages, 8,20 euros

 

1 commentaire

Je me suis permis de faire une référence à votre critique dans le billet que j'ai publié sur Mediapart. Cordialement

http://blogs.mediapart.fr/blog/arthur-porto/120413/suite-un-accident-grave-de-voyageur