Erri De Luca, Alessandro Mendini et les monstres

Alessandro Mendini est parti d'un constat : Un enfant dyslexique dessine minutieusement des pages de monstres. Leur donner une forme en réduit l’immensité, l’intensité et l’angoisse. La feuille les emprisonne avec ses bords. Plus ils sont nets, mieux ils sont domptés.
Est-ce l'apanage des dyslexiques ? Pas sûr...

Néanmoins après avoir découvert  de tels dessins, l'architecte en a créé toute une série qu'il a proposée à Erri De Luca. Face à eux il a composé ses propres échos.

Et les deux ont appris ici à désapprendre, à remettre en question l'idée de création. Car dans les dessins d'enfants se retrouvent les mondes "intermédiaires" (selon le mot de Klee) que beaucoup n'aperçoivent pas.

Les œuvres restent certes des productions mentales mais sans poussière et plein de poissons volants qui font la sourde oreille pour un musée complet du cauchemar et du rêve.

Jean-Paul Gavard-Perret

Erri De Luca, Alessandro Mendini, Diables gardiens, traduit de l'italien par Danièle Valin. Illustrations d'Alessandro Mendini, coll. Hors Série, Gallimard, janvier 2022, 96 p.-, 16 €

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.