Suivre ce groupe
Eugène Sue

Eugène Sue : Biographie

il y a 48 mois Suivre · Utile · Commenter


Enfance dorée pour ce fils de chirurgien de la garde de Napoléon Ier, né au tout début du XIXe siècle, et dont les parrains et marraines ne sont autres que Joséphine et Eugène de Beauharnais. Élève dissipé,  il fait des études médiocres au collège puis au lycée, avant d’enter, poussé par son père et toute une lignée familiale de médecin, comme sous-aide chirurgien à l’hôpital de la maison du roi – l’Empire étant tombé entre-temps. Mais, celui que ses camarades surnomment « le beau Sue », dandy flamboyant a d’autres ambitions. Il démissionne, se lance dans des affaires douteuses, contracte des dettes, séduit des femmes mariées, multiplie les frasques. Son père l’envoie finalement en voyage pour tenter de lui remettre les idées en place et le force à s’embarquer sur le Breslau, comme sous-aide chirurgien. Ce sera alors la découverte du monde, jusqu’à la dernière expédition, en Méditerranée, dans la guerre qui oppose les Grecs aux Turcs en octobre 1827, et où il eut à opérer des blessés, et fit, dit-on, plus de morts que sur le champ de bataille… De retour, il n’a qu’une ambition : vivre comme ces princes et autres maharajas avec tout ce que cela suppose, palais, serviteurs, femmes, sexe et volupté. Il n’a pas encore 28 ans lorsque son grand-père puis son père meurent, lui léguant une fortune colossale qu’il dilapidera en sept ans. Il se fait construire un palais oriental en plein Paris, fanfaronne au Jockey-Club, se fait appeler « Baron Sue », en bon royaliste qu’il est, et séduit les plus belles femmes de Paris. Il écrit aussi, avec beaucoup de facilités, des romans dits maritimes, historiques et de mœurs, remarqués par la critique. Mais il n’est pas encore l’immense Eugène Sue.

 

Il manque encore le déclic, l’élément qui fera tout basculer. Ce sera une femme, du moins, un refus de femme. Un jour, prenant l’amitié d’une très noble duchesse, des avances, il lui déclare sa flemme de façon quelque peu appuyée et se retrouve illico jeté à la rue. À cet instant Eugène Sue devint socialiste acharné. De même qu’il fut également éconduit par une petite-nièce de Mme de Maintenon, qu’il avait demandée en mariage… À quoi tient une carrière littéraire ! À une blessure d’amour propre, à une simple vengeance. Il milite également, écrit dans des journaux d’extrême-gauche, flingue l’aristocratie, appelle à la révolte et l’anarchie… Il écrit alors un roman-feuilleton à caractère social : Les Mystères de Paris (1842-1843). Pour se documenter, il se déguise et visite les bas-fonds de la capitale dans ses recoins les plus sordides. Ce qui ne l’empêche pas de vivre en son palais, avec ses douze servantes vêtues à la grecque, ses domestiques, et ses gants beurre frais dont il change à chaque début de chapitre. Le génie de Sue est de ne pas juger, simplement plaquer sur le papier la réalité la plus crue, aborder tous les problèmes de l’époque, la condition de l’homme, de la femme, de l’enfant, les ouvriers, les prostituées, la vie dans les prisons, etc. Il parle simplement des classes les plus déshéritées. Il fait prendre aux gens du peuple conscience de leur véritable condition. L’exergue donne le ton : « Il n’est pas une réforme religieuse, politique ou sociale, que nos pères n’aient été forcés de conquérir de siècle en siècle, au prix de leur sang, par l’insurrection. » Le succès est foudroyant. Sue devient une idole, suscitant la jalousie de ses confrères. Même à l’étranger d’où afflue un courrier monumental. Les libéraux belges iront même jusqu’à offrir le livre aux plus déshérités.

 

Sue savoure son statut. Du socialisme, il évolue peu à peu vers le fouriérisme absolu et publie Le Juif errant (1844-1845), tableau idyllique d’une société communautaire, qui connaîtra le même succès. Il se présente aux élections, est finalement élu la seconde fois député républicain et socialiste de la Seine. Il vit dans un luxe insolent et signe des contrats d’édition inimaginables de nos jours.

 

Lorsque le prince Napoléon, qui n’est autre que le petit-fils de sa marraine, est élu président de la République en 1848, il le juge « ridiculement incapable ». Devenu Napoléon III le 2 décembre 1851, Sue s’emporte violemment contre le coup d’État. Emprisonné au Mont-Valérien, il est condamné à l’exil. Eugène Sue refuse la grâce de l’empereur et part s’installer en Savoie. Il a commencé entre-temps la rédaction des Mystères du peuple, vendu par souscription depuis 1849 et envoyé aux lecteurs par la poste pour déjouer la censure. L’ouvrage est mis à L’Index par Rome et souvent inquiété par la police. Et finalement, le Second Empire, n’entend pas en rester là. En 1957, l’intransigeant procureur Pinard, qui échoua quelques mois plus tôt à faire condamner Flaubert, mais obtiendra l’interdiction de six poèmes des Fleurs du Mal de Baudelaire, poursuivra Eugène Sue qui, interdit de territoire français, ne pourra se défendre. Ses Mystères du Peuple, achevé précisément en 1857, sont à ses yeux un appel à la République universelle, crime de lèse-majesté pour ce fervent partisan de Napoléon III. Pire : « L'auteur des Mystères du peuple n'a entrepris cet ouvrage et ne l'a continué que dans un but évident de démoralisation. » Eugène Sue ne survivra pas à la saisie des 60 000 exemplaires chez son éditeur. Il meurt le 3 août. Qu’importe, la justice est en marche : l’œuvre sera condamnée post mortem de son créateur ! La saga est poursuivie pour six chefs d’accusation, pas moins : outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ; outrage à la religion catholique ; excitation à la haine et au mépris des citoyens les uns contre les autres ; apologie de faits qualifiés crimes ou délits par la loi pénale ; attaques contre le principe de la propriété ; excitation à la haine et au mépris du gouvernement établi par la Constitution. La sentence sera très sévère pour l’éditeur comme pour l’imprimeur : amendes et prison. La suppression de l’œuvre et la destruction des clichés seront également ordonnées.

 

Joseph Vebret

 

À LIRE

> LE CENSEUR DE BAUDELAIRE, Alexandre Najjar, La Table Ronde, collection « La petite vermillon », 355 pages, 8,50 €

> CORRESPONDANCE GÉNÉRALE D’EUGÈNE SUE, volume 1, 1825-1840, éditée par Jean-Pierre Galvan, Honoré Champion, 870 pages, 145 €

il y a 48 mois Suivre · Utile · Commenter
Le salon littéraire
à suivre sur le salon littéraire










● LE MEILLEUR DES LIVRES

La sélection d'Annick Geille des meilleurs livres de la période avec des extraits exclusifs.





● LES RENCONTRES DU SALON
Retrouvez les interviews du Salon littéraire. 

 NE LISEZ PAS CES LIVRES !
Et si les écrivains eux-mêmes vous donnaient dix bonnes raisons de ne pas lire leurs livres !

biographies et résumés d'oeuvres
 BIOGRAPHIES D’AUTEURS
Panorama de la littérature de tous temps et de tous pays. Biographies d'auteurs.

 RÉSUMÉS D’ŒUVRES
Résumés et analyses des grandes œuvres de la littérature classique et moderne.

retrouvez nous aussi sur