La Gestapo, l'histoire de la police d'Hitler

Un historien britannique encore inconnu de par nos belles contrées

Professeur d’histoire internationale à l’université John Moores de Liverpool, Frank McDonough est l’auteur de nombreux livres autour de l’Allemagne nazie, comme Hitler and the Rise of the Nazi Party (Pearson, 2011) et Sophie Scholl : The woman who defied Hitler (The history press, 2009). La Gestapo (sous-titré Mythe et réalité de la police secrète d’Hitler) est son premier livre qui fait l’objet d’une traduction en français. Il analyse ici la place de la Gestapo au sein du IIIe Reich, en mettant de côté les territoires occupés à partir de 1939.

Les origines de la Gestapo

Avec précision, Frank McDonough replace les circonstances de la naissance de cette police secrète, qui s’appuie sur des traditions anciennes d’espionnage politique et sur les jeux internes du parti nazi : la Gestapo naît grâce à l’incendie du Reichstag, sous les auspices de Goering puis d’Himmler, et devient rapidement un instrument pour lutter contre l’influence des SA de Röhm. Du point de vue de son recrutement, la Gestapo est en majorité constituée de policiers ordinaires, rapidement gagné cependant par l’atmosphère totalitaire du national-socialisme. Ce sont donc des policiers chargés d’un travail de police politique et de surveillance de la nation.

La police de tous les soupçons

Pourtant la Gestapo fut infiniment moins puissante que sa réputation (ou son mythe) peut le laisser supposer. Elle ne disposait pas des moyens suffisants pour contrôler l’ensemble des allemands. Elle fut cependant un instrument de contrôle de la société allemande, que cela soit envers les communistes, l’église catholique ou bien sûr les juifs. Pour cette catégorie de la population stigmatisée par l’Etat nazi, la Gestapo remplit son rôle, complètement impliqué dans la solution finale à partir de 1941/42. En fait, conclut l’auteur, la Gestapo doit son succès au consentement, actif ou passif, de la société allemande. Voici un donc une belle synthèse sur la question.

Sylvain Bonnet

Frank McDonough, La gestapo, traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Bernard Frumer, Fayard, mars 2017, 302 pages, 24 €

 

Aucun commentaire pour ce contenu.