Dunkerque 1940 une tragédie française, un récit émouvant

Journaliste et intellectuel chrétien

Ancien reporter à La Croix (il a par exemple couvert la guerre d’Algérie), Jacques Duquesne a aussi travaillé pour l’Express (1967-71) et a été rédacteur en chef du Point. Comme écrivain, on lui doit un Maria Vandamme qui a obtenu le prix Interallié en 1983. Intellectuel chrétien, on lui doit un essai, Les catholiques sous l’occupation, qui est régulièrement réédité. Il livre ici un livre sur la bataille de Dunkerque (28 mai-4 juin 1940) qui a marqué le sauvetage du corps expéditionnaire anglais face à l’avancée irrésistible de la Wehrmacht, grâce au sacrifice des soldats français qui se sont, rappelons-le, durement et courageusement battus. Duquesne y ajoute le récit de sa propre expérience de jeune dunkerquois confronté à la guerre. On est là pratiquement dans un exercice d’ « egohistoire » à la George Duby !

Un récit émouvant, avec quelques inexactitudes

Jacques Duquesne commet quelques erreurs techniques. Les allemands utilisent des canons de 105 et non de 77. Pour un récit plus exact de ce point de vue, il faudra se reporter à l’ouvrage éponyme de Dominique Lormier (Tallandier 2011). L’intérêt du livre est de marier la grande histoire à l’expérience de l’enfant qu’était alors Jacques Duquesne, qui a vécu la bataille de l’intérieur (son récit des bombardements est saisissant). On sent aussi des pointes antianglaises dans son récit que le critique se doit d’atténuer : 140 000 français ont aussi été sauvés par l’opération « Dynamo », majoritairement embarqués les 3 et 4 juin. Reste en tout cas un bon livre, une source que certains historiens pourront utiliser. Et puis, au moment où sort le film de Nolan, il est bon de lire d’abord un livre sur le sujet.

Sylvain Bonnet

Jacques Duquesne, Dunkerque 1940 une tragédie française, Flammarion, juin 2017, 320 pages, 21,90 €

 

Aucun commentaire pour ce contenu.