Ecrire un article
François Cérésa. Extrait de : L'une et l'autre

François Cérésa. Extrait de : L'une et l'autre

EXTRAIT > Cette année, on n’a pas fêté Noël le 25. Cela fait plus de trente ans qu’on fête Noël et que Noël ne nous fête pas. Je me comprends. De toute façon, Mélinda a décidé de fêter Noël le 31. Quand Mélinda a décidé quelque chose, on n’y revient... Lire la suite

L’une et l’autre, de François Cérésa : Les aventuriers de l’amour perdu

L’une et l’autre, de François Cérésa : Les aventuriers de l’amour perdu

François Cérésa est passé maître dans l’art de susciter la surprise. Pour s’en tenir au champ littéraire, guère de domaine qu’il n’ait exploré. Avec bonheur, le plus souvent. Si bien que chacun de ses romans nouveaux – et non de ses nouveaux romans,... Lire la suite

François Cérésa : Les secrets irrésistibles de l’amour éternel

François Cérésa : Les secrets irrésistibles de l’amour éternel

Imaginez un peu la scène : vous êtes le 31 décembre, occupé comme il se doit aux festivités prochaines. En couple et plutôt malheureux. Le désir s’est en effet émoussé et 35 ans après, il ne reste plus grand-chose de la fête des sens avec la belle... Lire la suite

Jules Magret. Extrait de : Touchez pas au frichti

Jules Magret. Extrait de : Touchez pas au frichti

EXTRAIT > Préface À croire qu’il est tout droit sorti d’un fricot à la Simenon. Jules Magret, a-t-on idée ! Il en va ainsi des commissaires du quai des Orfèvres (en la matière). Pas grand monde ne trouve graisse à leurs yeux car ces bien-portants... Lire la suite

« Touchez pas au frichti » : Une tambouille savoureuse.

« Touchez pas au frichti » : Une tambouille savoureuse.

– Magret ? Jules Magret ? Non, je le retapisse pas. – Mais si ! – Mais non ! – Justement, Simenon  ! Le blaze de son héros commissaire… Jules Maigret … Et le magret de canard… Tu piges la finesse ? – Ah ah, très drôle, je me tirebouchonne ! Mais... Lire la suite

Poupe de François Cérésa : la gloire de mon père

Poupe de François Cérésa : la gloire de mon père

Il l’appelait Poupe, le père le surnommait la Globule. Entre eux, c’était l’amour, la complicité évidente tissée autour des voitures, du tennis, du vélo, de la littérature, mais aussi parfois les taloches et les mots durs d’une éducation à l’ancienne.... Lire la suite

François Cérésa. Extrait de : Poupe

François Cérésa. Extrait de : Poupe

EXTRAIT >   Qui se souviendra de lui sinon moi. Il est entré à l’hôpital debout, il en est sorti les pieds devant. Je le croyais invincible. Et puis voilà. Il n’est plus. Je te revois à ton bureau, bien coiffé, un foulard autour du cou,... Lire la suite

François Cérésa, le vent en poupe

François Cérésa, le vent en poupe

Sans doute a-t-il eu d’illustres prédécesseurs, à commencer par Jacques Laurent - encore celui-ci se dissimulait-il derrière des pseudos plus ou moins transparents. François Cérésa, lui, assume toutes ses productions. C’est un écrivain à facettes. Le... Lire la suite

François Cérésa. Extrait de : Le Lys blanc

François Cérésa. Extrait de : Le Lys blanc

EXTRAIT >   C’est à ce moment que des patriotes avaient planté sa tête sur une lance pour l’exposer sous les fenêtres de Marie-Antoinette, devant la prison du Temple. — Histoire de lui montrer comment le peuple se venge de ses tyrans, mes lurons !... Lire la suite

François Cérésa : Adieu à Nanard

François Cérésa : Adieu à Nanard

En exergue à ce récit mené à la cravache, François Cérésa aurait pu citer L’Adieu à Gonzague , de Drieu  : « Ma plus grande trahison, ç’a été de croire que tu ne te tuerais pas ». Car, dans Mon ami, cet inconnu , ne salue-t-il pas un ami de toujours... Lire la suite