Elektra – Édition 20 ans : Elektra renaît à la vie

Elektra renaît à la vie - couverture

Frank Miller livre un sublime poème funèbre dédié à son héroïne : Elektra.

Assassinée par le Tireur, Elektra est décédée entre les bras de Daredevil. Seulement Matt Murdock a un doute. Des visions l’assaillent montrant l’héroïne en vie, ressuscitée par une secte ninja asiatique. Elektra est-elle vraiment de retour ?

« Je ne me suis pas encore remis de sa mort, mon père.

J’espère y arriver. Parfois, je ne pense même plus à elle.

Et je me réveille le matin heureux d’être en vie. Je croyais m’en sortir.

Ça allait, mais elle me hante, mon père. »

 

« Laissez-la paix »

Elektra est un personnage créé par Frank Miller dans la série Daredevil au début des années 80. Sa présence dans la série est relativement courte, puisqu’elle ne dure qu’une petite année. Mais c’est une année intense. Elektra marque les lecteurs : sa mort est particulièrement réussie et dramatique. Il semble que Marvel et Frank Miller avaient un accord : Marvel ne devait plus utiliser Elektra. Seulement voilà, la tentation était trop grande : impossible de laisser un personnage avec un si grand potentiel trop longtemps dans la tombe. Frank Miller en voudra à l’éditeur d’avoir fait revenir le personnage. D’une certaine façon, Elektra renaît à la vie est en quelque sorte la catharsis de Frank Miller et ses adieux à sa créature. L’ouvrage se termine d’ailleurs sur une phrase sans équivoque : « Laissez-la paix »…

 

Elektra renaît à la vie - extrait

 

Dark Kight Returns

Elektra renaît à la vie date à peu près de l’époque où Frank Miller travaillait sur Dark Knight returns. On retrouve certains tics graphiques comme l’alternance entre les petites vignettes et les cases plus larges, les pleines pages spectaculaires (certaines pages de combat sont somptueuses, notamment dans le cimetière), l’utilisation profonde de la couleur noire et l’utilisation des écrans de télévision pour commenter l’intrigue. Mais il y a deux différences de taille par rapport à DKR. Ce n’est pas Klaus Janson qui encre mais bien Miller lui-même (et on devine certains cadrages d’un Sin City à venir). Et surtout la colorisation de Lynn Varney donne à l’ensemble une beauté incroyable à base de textures qui donnent un côté « sale » aux planches.

 

Elektra renaît à la vie - extrait

 

Entre rêve et réalité

En fait, avec Elektra renaît à la vie, on imagine que Frank Miller a décidé d’écrire une version définitive du retour de l’héroïne, plutôt que de laisser quelqu’un d’autre s’en charger. Mais Miller a une approche particulière de l’intrigue. L’histoire est particulièrement nébuleuse, et on navigue en permanence entre les visions et la réalité. Cela donne un genre particulier à l’histoire, qui navigue aux frontières du rêve. Un choix qui va diviser les lecteurs, mais qui s’avère payant. Pour ses adieux à Elektra, Miller livre une histoire élégante et graphiquement superbe, essentiellement sensitive. Immanquable.

 

► Et maintenant ? Fêtez les 20 ans de Panini France avec des rééditions spéciales comme Spider-Man ou le Punisher !

 

Stéphane Le Troëdec

Retrouvez-moi sur mon blog !

 

Les références

Frank Miller (scénario et dessin)

Elektra – Édition 20 ans : Elektra renaît à la vie

Édité en France par Panini France (14 juin 2017)

Traduit par Laurence Belingard et Nicole Duclos

Lettré par Laurence Hingray et Christophe Semal

Collection 20 ans Panini Comics

16,00 €

128 pages en couleurs sur papier glacé et sous couverture cartonnée

EAN/ISBN : 9782809463842

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.