Pierre Nemours, Le Gang des honnêtes gens : La nostalgie des vieux polars

Poursuivant son travail admirable de re-publication de la littérature de genre française, Fench Pulp remet le travaille de Pierre Nemours en lumière. Grand reporter, il aura écrit une centaine de romans et rencontré un vrai succès populaire. 

Quatre hommes que tout sépare sinon leur commune amertume envers la société et un avenir bloqué sans un grand coup du sort. Ce grand coup, ils vont lui donner l'élan nécessaire et mettant sur pied le plus incroyable et le plus intelligent des cambriolages. Un patron au chômage, un flic bloqué dans sa carrière par son honnêteté, un pied-noir qui a tout perdu "à cause" de la France, et un père de famille dont la seule chance de sauver sa fille est de partir aux Etats-Unis rencontrer un spécialiste aux fais exorbitants... Mené comme une petite entreprise, avec beaucoup d'intelligence, de prudence et un sang-froid rare pour ces amateurs qui rêve de faire leur train-postal, sans violence, sans victime, et qui ouvrirait leur avenir tellement bouché, tellement lourd, comme la brume oppressante qui écrase la petite ville de province où tout va se jouer.

Même s'il est un rien daté dans son style et la langue (quelques expressions comme "fric-frac" et le parlé "canaille" d'une prostituée en témoignent), Le Gang des honnêtes gens, dont on peut dire sans craindre trop d'éloges qu'il est sans doute à la source du polar social où le crime est la résultante d'une nécessité (on pense par exemple au Couperet de Donald Westlake), et aussi condamnable soit-il, le lecteur n'a qu'une envie : qu'il réussisse ! Un vrai très bon polar.

Loïc Di Stefano

Pierre Nemours, Le Gang des honnêtes gens, French pulp, avril 2017, 232 pages, 9,50 eur

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.