Évariste ou le théorème du renoncement

Évariste Galois est considéré comme le Rimbaud des mathématiques, un génie précoce qui révolutionna l’équation algébrique et fut à l’origine de ce que l’on nomma par la suite, les mathématiques modernes. Mort très jeune en duel (mais diantre pour quelle raison ?!), sa vie devint une légende, dont François-Henri Désérable (couronné pour son précédent livre sur la Révolution française) s’empare d’une drôle de manière. Voilà le lecteur embarqué par une tornade qui, dès la première page, impose son choix. Langue résolument moderne, digressions et clin d’œil, érudition littéraire et historique pour raconter à une gente damoiselle, la vie, la mort et l’œuvre du sieur Galois.

 

Lequel naquit à Bourg-la-Reine en 1811, vécut au sein d’une famille résolument moderne, intégra le prestigieux Louis-le-Grand et rencontra les mathématiques comme d’autres Dieu ou la peinture. Nonobstant, Évariste Galois s’impliquait aussi dans la politique, et en ces périodes troubles de notre histoire, se permit quelques déclarations publiques qui l’envoyèrent rapidement à l’ombre. Temps béni, finalement, où, à la nuit tombée, il pouvait, seul, s’adonner à sa passion pour les nombres.

Croisant de célèbres personnages, de Nerval à Raspail, notre héros brûlera ses ailes dès sa première rencontre galante, comme si le Destin voulait rappeler que le don imposer un sacerdoce.

 

Dans cette fresque tourbillonnante d’une société chamboulée, notre trublion surdoué sautille d’un pied sur l’autre, marquant son agacement quand il doit se plier sous les fourches caudines de l’administration (Polytechnique, l’Institut…).
Peint en rythme et fureurs, ce portrait décalé mais fidèle (tout le moins pour ce que l’on en sait, les historiens avouant certaines pages blanches) offre au romancier tout le loisir d’étaler sa palette multicolore pour offrir, au-delà d’un plaisir de lecture, une aventure passionnante sur l’une des figures méconnues des sciences françaises. À découvrir et à savourer sans modération…

 

François Xavier

 

François-Henri Désérable, Évariste, Gallimard, janvier 2015, 166 p. – 16,90 €

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.