Bonnes (excellentes !) nouvelles de Gérard Oberlé

Publier un livre, c'est un peu comme se foutre à poil.
Gérard Oberlé

 

D'abord ami de Norge, puis de Jean Mogin et Lucienne Desnoues, par eux devenu également proche du peintre Serge Fiorio, Gérard Oberlé fait paraître cette fois-ci un Heptaméron avec chardonnay qui, outre son originalité d'esprit, conforte en les confirmant les qualités de style d'une œuvre aujourd'hui importante.

Ce sont sept nouvelles écrites - paraît-il - pour satisfaire à la demande d'une certaine Hélyette Rodary, fidèle lectrice en manque qui sollicite son écrivain favori : « C'est dit ! Je vous donne six mois pour me bricoler un Heptaméron de votre façon », lui intime-t-elle au cœur d'une courte lettre.


Fictive ou pas – anima de l'auteur ? –, je ne sais ; mais c'est grâce à elle en tout cas, selon son bon vouloir ou bien à son bon prétexte, que Gérard Oberlé nous livre ces jours-ci – son fidèle et proche Chassignet à l'appui – sept histoires rassemblées en un peloton serré où l'humour – mais pas que – le dispute au baroque et au farfelu dans une langue où, comme chez tout écrivain bien né, Pégase se régale à cavalcader d'aise et de plaisir, en même temps qu'à faire feu, ici et là, des quatre fers en chacune des sept nouvelles puisqu'il y est partout chez lui !

 

André Lombard

 

Gérard Oberlé, Bonnes nouvelles de Chassignet, Grasset, janvier 2016, 216 p.-, 17 euros

Prix de la nouvelle de l'Académie Française

2 commentaires

Il y une erreur de couverture. La bonne étant celle-ci :

André Lombard.

Erreur de référence donc, la bonne étant celle-ci : Heptaméron avec chardonnay, Grasset,2019, 207 pages,18 euros.

André Lombard.