Gilles Berquet : une fille « légère »

Gilles Berquet oxygène la distance entre son objectif et son modèle. Même dans la neige cette dernière est de miel. Imaginez alors lorsque le temps est plus clément… Chaque captive consentante s’inscrit sur la pulpe de silence, ses veines s’affolent au moment où le photographe retient la fable de sa présence. Comme son modèle, Berquet entre en effraction sur des chemins de traverse. La femme est syllabe, l’homme devient virgule pour saisir une jouissance buissonnière ou à venir. Relieur pour désirs formulés (ou non) il sait mesurer les soif et repasser la pliure des ombres dans les enlacements ou les éloignements de ses poses. Quant aux chaleurs ou aux froideurs des corps nul ne peut s’en approcher : l’artiste néanmoins ouvrent des voies ignorées.


Jean-Paul Gavard-Perret


Gilles Berquet, « Une fille derrière la Salle de Bains », Editions  derrière la Salle de Bains », Rouen, 2015, 12 Euros.

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.