Dans les lignes du temps : Guy Goffette

Cet ensemble pourrait être pris pour un ramassis puisque ses poèmes vont couvrir à pas de géant plus de quarante ans d'écriture, en mélangeant les tours et les formes les plus diverses. Mais de fait il devient un passage obligé où sous la diversité des formes et des thèmes (voyages, saisons, enfants, l'amour, la mort) le silence se fracture.

Les tirant de ses carnets où ils ont mûris ces textes repris et corrigés, Guy Goffette – soignant celui-ci à qui manquait un pied ou cet autre qui manquait d'oreille – offre un ensemble précieux fait de nostalgie et d'émerveillement..

À travers les lignes de temps l'auteur belge prouve que la poésie possède non seulement une âme mais un coffre qu’on appelle corps. Et dans sa traversée Pain perdu n’est pas une simple promenade. Elle n’est pas non plus un miroir des ressemblances.

Peu à peu et parfois, ces parcelles de mots prennent feu comme une botte de paille, elles embrasent le ciel. Plus question alors de se cacher. Plus question non plus de croire que la poésie s’arrime au romantisme. Elle touche à l’origine comme au futur dans un saut réactivé dans le présent que seuls de grands auteurs apprennent à lire au delà des idées reçues et dans l'épreuve du temps.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Guy Goffette, Pain perdu, Gallimard, mars 2020, 160 p.-, 18,00 €

 

Aucun commentaire pour ce contenu.