Un livre numérique phénomène

Quatre mois après sa sortie, "Même pas peur" de Luc Venot franchit la barre des 7000 lecteurs en numérique.

Un premier roman qui rencontre sept mille lecteurs, voilà qui n'arrive pas tous les jours. Mais c'est sans doute la première fois, en France, qu'une telle performance repose uniquement sur le numérique.

La recette de ce phénomène semble un peu extravagante : l'auteur et l'éditeur sont inconnus du grand public, et ce livre n'a pas bénéficié de la moindre campagne de presse. Le prix très modeste de ce titre (0,99 euro) et le bouche-à-oreille organisé par ses lecteurs semblent être seuls à pouvoir expliquer sa longévité dans les classements des meilleures ventes. Le succès de Même pas peur repose pourtant sur une stratégie de lancement originale que son éditeur nous dévoile ci-après :
  • Q : Comment avez-vous procédé pour déclencher le "buzz" autour de ce livre ?
  • Editions Humanis : Il s'agit d'un premier roman. Notre objectif n'était donc pas tant de réaliser des profits que de faire connaître l'auteur, afin de lui permettre d'entamer une véritable carrière littéraire. Nous avions, dès le départ, l'idée de proposer cet ouvrage à un prix minimum, afin de toucher le public le plus large possible. Mais nous sommes allés encore plus loin en proposant ce titre gratuitement pendant ses deux premières semaines de mise en ligne. Il s'est presque immédiatement placé en première position dans les "Top gratuit" des plateformes numériques et il y est demeuré pendant toute sa période de promotion. À la fin des deux premières semaines, nous en avions écoulé trois mille exemplaires et nous avons basculé le titre en version payante. Mais le "buzz"était enclenché. Trois mois plus tard, nous avons dépassé les sept mille exemplaires, ce qui démontre que notre stratégie avait un sens.
  • Q : Comptez-vous utiliser le même procédé pour toutes vos prochaines éditions ?
  • Editions Humanis : Sans doute, mais nous sommes lucides sur les limites de cette stratégie. L'épreuve de la diffusion gratuite est sans pitié. C'est vraiment l'épreuve du feu, car le livre rencontre rapidement un grand nombre de lecteurs et recueille par conséquent des commentaires abondants. Il est essentiel que ces commentaires soient extrêmement positifs pour que la suite des opérations se déroule bien. Or, les études montrent que les lecteurs de livres numériques ont tendance à se montrer particulièrement critiques envers les ouvrages qu'ils commentent. Ce sont des grands consommateurs dont l’œil est affûté, et qui font preuve d'un jugement très sévère. De notre point de vue, le succès de Même pas peur repose donc avant tout sur l'engouement que ce livre a provoqué. Proposer un titre en diffusion gratuite est le meilleur moyen de le "tuer", si ce titre n'est pas d'une qualité absolument irréprochable. On peut tricher avec la plupart des moyens de promotion. On ne peut pas tricher avec l'avis des lecteurs. Cette stratégie nous semble bonne pour les ouvrages grand-public, mais elle n'est certainement pas adaptée à des ouvrages spécialisés ou à des auteurs dont le style d'écriture est trop particulier pour séduire le plus grand nombre.
  • Q : Même pas peur n'est pas proposé à la vente en librairie. Est-ce un choix délibéré ?
  • Editions Humanis : Non. C'est la conséquence de la difficulté qui existe aujourd'hui pour accéder à ce réseau, lorsqu'on est un petit éditeur. Nous tentons désespérément de nouer des liens avec un diffuseur national, ou de mettre en place un accord de coédition qui nous ouvrirait la porte des libraires. Mais nos démarches sont restées lettres mortes pour le moment. Nous sommes localisés en Nouvelle-Calédonie et ça ne nous facilite pas les choses. Mais nous restons optimistes sur cette question. En fin d'année, Même pas peur aura probablement dépassé les dix mille ventes en numérique. Je suis convaincu que nous pourrions faire dix fois mieux en librairie. Il me semble impossible qu'un potentiel aussi important ne parvienne pas à se réaliser d'une façon ou d'une autre. Nous sommes en tout cas ouverts à toutes les options possibles.
  • Q : Selon vous, qu'est-ce qui rend ce livre si particulier ?
  • Editions Humanis : Son originalité, sans le moindre doute. Il ne respecte pas les codes du genre (thriller) dans lequel il s'inscrit. On connaît l'identité du meurtrier dès la première page et le but de l'auteur n'était visiblement pas de construire son livre sur une intrigue purement policière. Même pas peur, c'est d'abord des personnages extraordinaires qui nous touchent en plein cœur et qui nous font réfléchir sur nous-mêmes. Ce livre a fait l'objet d'un suivi éditorial très important avant de trouver sa forme définitive et nous sommes particulièrement fiers du résultat obtenu. Nous sommes une société d'édition minuscule et c'est dans la qualité de notre travail d'accompagnement que nous investissons la plus grande partie de nos efforts de développement. Cette réussite valide notre positionnement.
  • Q : D'autres projets en cours ?
  • Editions Humanis : Bien sûr ! Nous plaçons de grands espoirs sur une série d'heroïc fantasy qui est en cours d'édition et qui paraîtra dans deux mois. Luc Venot nous prépare également un deuxième ouvrage que nous attendons avec impatience. Au total, nous avons une dizaine de projets en cours de réalisation. C'est beaucoup, compte tenu de la taille de notre structure.
Article et interview : Marc Tévenin.
Interlocuteur Humanis : Luc Deborde 
Liens :
Site des éditions Humanis : www.editions-humanis.com
Aucun commentaire pour ce contenu.