Jacqueline Fischer : croches et acrostiches

Au besoin Jacqueline Fischer, contrairement à ce qu'elle affirme n'élimine pas les chinoiseries et ne délaisse pas plus les pastourelles. Mais c'est pour la bonne cause là où au fragment de textile répond celui de la poésie.

Chacun est confectionné par la créatrice dans un jeu de la vie avec ses douleurs et ses félicités même si tout s'inscrit sous le sceau d'un certain secret.

"Experte en dessous" (de table ou jupons) Jacqueline Fischer instruit un jeu de "repons". Là où le carré pourrait enclore tout s'ouvre mais avec délicatesse et humour. A l'imagination du lecteur de répondre à celle d'une créatrice qui ne s'en prive pas. Bien au contraire.

Nous rentrons de la sorte dans un parchwork d'émotions et le livre devient un abîme d'histoires en torsions. L'artiste ouvre "une boîte aux pans d'or" pour la traversée de ses propres miroirs et mirages.
Le clavier des sens joue à fond entre évaporation d'éffluves musquées, bruissements sourds, magie des couleurs là où chaque texte ne répète pas ce que le carré de textile qui le jouxte propose : il  amplifie ses échos.

Rien n'a lieu que ces "touches" où telle une Thelonious Monk la poétesse discrète, drôle et grave, plonge jusque dans les trous d'harmoniques pour que monte la dissonance là où il ne s'agit jamais d'aller plus vite mais plus profond.

Enfermé dans sa forme, le texte ne supporte plus d'être enclos : il conserve sa vit, garde sa pulsation. Il ressurgit le moment voulu en même temps qu'il vie autant au centre du textile que de lui-même.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jacqueline Fischer, Touches, Textpatch, 2019
Commande à chiffondart@aol.com

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.