Jacques Réda : un air de déjà lu

Jacques Réda succède en 1987 à Georges Lambrichs pour la direction de la NRF. Il y est resté jusqu'en 1995 sans forcément renouveler la revue. Elle resta une sorte de document de promotion pour les auteurs Gallimard. L'auteur se servit de sa revue pour diverses rubriques dont Le fond de l’air que ce livre rassemble.

Les titres des articles sont souvent des ouvertures sur diverses questions : celle de la poétique, de la toponymie dans les villes ou du paysage. Parfois l'auteur se veut badin – avec Vélos volés, par exemple mais parfois pontifiant comme avec Contribution à la définition d’une langue européenne.Les titres sont souvent plus alléchant que les propos eux-mêmes. Par chance l'humour constant sauve le toutim. Et l'auteur se moque de biens de ses confrères pour peu qu'ils n'appartiennent pas au sérail Gallimard.

Les rapières qu'ils taillent sont jouissives mais souvent faciles. Mais ces exercices de  loufoquerie donnent à la NRF un espace inattendu mais où Réda se porte garant de la maison qui l'emploi. Et qu'on le veuille ou non la politique éditoriale de la poésie chez Gallimard est non seulement parcimonieuse mais souvent quelconque.
L'auteur pratique un art facile de la citation dégagé de son contexte pour entretenir sa défense et illustration de ses combats. Il met aussi en cause l’inanité de bien des projets comme les États généraux de la poésie  qui serviraient selon lui – et non sans raison – à une définition officielle, administrative, voire obligatoire de la poésie sous congélation.

Refusant tout déplacement dans la lague, s'énervant contre les mots anglais entrés dans le Petit Robert, il se moque de cette mania. Parfois avec justesse, parfois à tord dans de vieux combats à l'intérêt circonspect et dont les arguments reprennent de vieilles lunes.
Néanmoins l'ensemble reste alerte et amusant. Il n'ajoute rien ou pas grand chose à la gloire de Réda. Mais il ne faut pas bouder le plaisir d'observations anodines dont l'auteur sait battre la crème plus que le bol.

 

Jean-Paul Gavard-Perret


Jacques Réda, Le fond de l'air  Chroniques de la NRF (1988-1995), Les Cahiers de la NRF, Gallimard, octobre 2020, 128 p.-, 12,50 €
Lire les premières pages...

Aucun commentaire pour ce contenu.