Retour vers David Goodis, la gloire du Paperback Writer

Un fan devenu biographe. Journaliste, traducteur, Philippe Garnier (installé à Los Angeles depuis plus de 35 ans) a réussi à trouver une place originale dans le milieu littéraire français. Il est clairement à part ce Garnier, obsédé par l’Amérique, ses bluesmen et ses auteurs de roman noirs, ses acteurs et ses cinéastes de série B comme Samuel Fuller (ça tombe bien, moi aussi). Une Amérique fantasmée par des gamins d’un pays libéré en 1944 par les GI’s : le petit Garnier, né au Havre, n’a pu que voir les conséquences de leur arrivée. Comme tout obsessionnel, Garnier a ses marottes et David Goodis, auteur de romans noirs, fait partie des principales. En 1982, Garnier a effectué son enquête sur cet écrivain, dans le cadre de l’émission « Cinéma, Cinémas », publié en 1984 chez Seuil sous le titre Goodis : La vie en noir et blanc. Biographie et essai, le livre est autant une enquête sur Goodis que sur une époque, un milieu (en gros l’industrie culturelle). Trente ans après, Philippe Garnier a repris son ouvrage et nous livre une nouvelle version de son travail.

A la recherche de Goodis. Le mystère repose ici sur une question : pourquoi David Goodis, auteur en vue et adapté par Hollywood (Dark Passage de Delmer Daves, avec le magnifique Humphrey Bogart et la sublime Lauren Bacall), a-t-il au final décidé de revenir chez ses parents à Philadelphie et de se cantonner au marché du livre de poche policier ? Philippe Garnier livre ici une véritable enquête, s’efforçant de retrouver les témoins de la vie de Goodis, rejeton du quartier juif de Philadelphie devenu écrivain (et amateur de grosses femmes noires). A travers l’exemple de David Goodis, c’est tout le monde des Paperback Writers que ressuscite Philippe Garnier (auquel appartenait aussi l’immense Jim Thompson) et une époque glorieuse, celle d’une Amérique des jazzmen, des marginaux et du roman noir qui a hanté des générations d’européens. Un grand livre qui donne envie de relire Nightfall.

Sylvain Bonnet

Philippe Garnier, Retour vers David Goodis, Éditions de la Table ronde, octobre 2016, 368 pages, 24,50 €

Aucun commentaire pour ce contenu.