Stieg Larson, l'homme de Millenium

Karl Stig-Erland Larsson nait le 15 août 1954 à Skelleftehamn, petite ville du nord-est de la Suède. Il est élevé par ses grands-parents, et va être marqué par la figure de son grand-père, un militant politique engagé qui avait été emprisonné pendant la Seconde Guerre mondiale pour s'être opposer aux nazis. A la mort de son grand-père, quand Stieg n'a que neuf ans, il retourne vivre avec son père et son frère.


Passionné de lecture dès sa plus tendre enfance, Stieg Larson commence à écrire ses propres histoires à 12 ans.


A l’adolescence il abandonne la fiction et se concentre sur la politique et le journalisme. Il commence à écrire sur la guerre du Viet Nam, et se découvre un engagement politique.  Il a 18 ans lors d'une manifestation de protestation anti-Vietnam il rencontre Eva Gabrielsson. Tous deux vont s’aimer aussitôt et rester unis toute leur vie.

 

En 1975, Larsson effectue ses deux années de service militaire obligatoire pendant lequel il continue à agir politiquement : il fait entrer en contrebande dans les casernes une revue trotskiste. Dès la fin de sa période, il part en Afrique orientale, où il contribue à former les femmes d’une guérilla marxiste au maniement des armes.

 

De retour en Suède, il s'installe avec Eva Gabrielsson à Stockholm. Il commence à étudier l'extrémisme de droite, en particulier les poches persistantes de néo-nazisme, le racisme et le sexisme, en Suède et dans le monde entier. Dans les années 1980, il devient le correspondant scandinave de Searchlight, magazine britannique dédié à la lutte contre le fascisme et le racisme. Il a également travaillé comme éditeur pour Fjarde Internationalen, journal suédois de la branche obscure de la Quatrième Internationale trotskyste. En 1995, il participe à la création de la Fondation Expo, organisme voué à la lutte contre l'influence de l'extrême-droite dans la société suédoise. Larsson a été le rédacteur en chef du magazine Expo, qui a servi de modèle pour le magazine de sa saga...

 

Journaliste spécialisé, Larsson n'a pour autant jamais abandonné sa passion d'enfance pour la science-fiction et de romans policiers, et au cours des années 1990, il écrit la trilogie de romans policiers Millenium. Les livres ont un succès considérable en Suède avant d'être repris par la petite maison d'édition britannique, Quercus, puis devenir des best-seller mondiaux.

 

La trilogie tourne autour de Lisbeth Salander,  jeune hackeuse au style punk que Larsson défini comme sa version moderne et adulte de Fifi Brindacier, personnage marquant de ses lectures d'enfance, et Mikael Blomkvist, journaliste d'investigation dont l'histoire personnelle est proche de celle de Larsson. Tout au long des romans denses et complexes, le couple s'oppose à un tueur en série, un réseau de proxénétisme et une conspiration nationale socialiste au sein des Services secrets suédois.

 

La mort de Stieg Larson le 9 novembre 2004 le prive de jouir du succès de son œuvre mais pourrait s’inscrire dans la même logique : toutes les théories circulent, notamment l’assassinat par l’un de ses nombreux ennemis, de ceux qu’il a toujours dénoncé dans ses travaux (mafia, néo nazis, etc.). Pourtant la « version officielle » demeure plausible : d’une santé déplorable (épuisement physique au travail, soixante cigarettes par jour…) Larsson serait mort d'une crise cardiaque après avoir gravi les sept étages de son bureau parce que l'ascenseur de l'immeuble était en panne...

 

Parce que Stieg Larsson est mort sans avoir laissé de testament, et qu’Eva et lui ne se sont jamais mariés, c’est au père de Stieg Larsson que revient la succession. Eva Gabrielsson s'est opposé juridiquement et moralement à cette succession, donnant un témoignage poignant dans un livre hommage, au point de refuser la restitution d'un ordinateur portable ayant appartenu à Larsson et qui contiendrait un projet inachevé de son quatrième roman. 

 

Véritable phénomène culturel, la saga Milenium a donné lieu à l’organisation de voyages culturelles (visites des lieux emblématiques des romans), a deux adpatations cinématographiques et un grand nombre d'ouvrages


Loïc Di Stefano

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.