Dix bonnes raisons de ne pas lire "Petite enquête sur le plagiaire sans scrupule"

A l'occasion de la publication de sa Petite enquête sur le plagiaire sans scrupule, Hélène Maurel-Indart donne dix bonnes raisons de ne pas le lire


Si vous lisez ce livre, vous serez tentés de devenir un parfait plagiaire capable de fabriquer rapidement un livre sans en avoir écrit grand chose. Effectivement, en faisant le portrait-robot du plagiaire, j'en dévoile toutes les ruses et les manœuvres. Or, ce que je voulais en écrivant ce livre, c'était justement de tourner en ridicule cette grossière pratique du plagiat et d'alerter sur les risques encourus...

Vous serez effrayés par le cynisme de certains écrivains.

Vous rirez alors que le sujet est trop grave pour en sourire.

Vous n'oserez plus acheter les livres de certains imposteurs qui font le bonheur des rayons littérature en hypermarché.

Vous aurez envie de créer une œuvre, une vraie, une authentique, pour vous démarquer du livre gadget, formaté et prêt à consommer ;  et là, ce sera l'épreuve du feu.

Vous voudrez lire mes autres livres sur le plagiat alors que vous aviez juré que ce sujet n'avait rien à voir avec la littérature.

Vous en voudrez à l'auteure de vous avoir fait perdre quelques illusions sur le métier d'écrivain. Heureusement, des contre exemples d'ingéniosité créative laisseront intacte en vous la passion de la lecture... et de l'écriture.

Vous trouverez que le livre se lit trop vite et que vous auriez bien aimé continuer à espionner l'Arsène Lupin du plagiat.

Vous pensiez plagier et vous vous êtes rendu compte que le crime parfait est presque impossible à réaliser.

Vous vous dîtes que l'auteure de la Petite enquête sur le plagiaire sans scrupule n'aurait pas dû prendre la peine d'expliquer les dix raisons de ne pas lire son livre, parce que ce moment d'autocritique a dû lui être une épreuve inutilement douloureuse. Et vous compatissez, immanquablement.


Hélène Maurel-Indart

pour le Salon littéraire

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.