Suivre ce groupe
Le Salon

"Huis clos" de Jean-Paul Sartre - résumé

il y a 45 mois Suivre · Utile  (1) · Commenter

La scène se situe dans un salon bourgeois meublé Second Empire, avec trois canapés et, sur le manteau de la cheminée, un bronze de barbedienne. La pièce est vide. Entrent par l’unique porte un garçon d'étage et un homme, Joseph Garcin. Garcin est extrêmement surpris par l'apparence de la salle. Il semble qu'il s'attendait à quelque chose de très différent.

 

Les deux hommes discutent de ce lieu et de ses règles (pas de miroir, pas de nuit, pas de sommeil), et semblent parler d'un endroit différent. Le garçon  révèle que, au-delà de la porte, il y a tout simplement d’autres couloirs donnant sur d’autres portes et il informe Garcin qu'il peut être appelé via un bouton, mais que le bouton d'appel est capricieux et ne fonctionne pas toujours.

 

Dès qu’il est seul, Garcin utilise le bouton qui, bien sûr, ne fonctionne pas. Il désespère, mais la porte s'ouvre bientôt et le garçon de chambre introduit Ines Serrano, une femme qui, comme Garcin, est censé séjourner dans cette chambre. Contrairement à Garcin, cependant, elle n'a pas de questions à poser au Garçon, qui les laisse seuls.

 

Ines s'attendait à voir une femme nommée Florence. comme elle n'est pas là, Ines en conclut que c'est "la torture par la séparation." Puis elle accuse Garcin d'être son bourreau. Garcin trouve cela amusant et révèle que, non, il n'est pas un tortionnaire. Il était journaliste, et maintenant il partage son sort A ce stade, ils sont essentiellement essayer de sentir les uns les autres. Garcin est désireux de se montrer courtois, alors qu'Ines pense qu'ils devraient s'occuper de leurs propres affaires. D'ailleurs, elle dit, elle n'est pas une personne polie.

 

La porte s'ouvre de nouveau et le garçon fait entrer Estelle Rigault. Elle est immédiatement effrayée quand elle voit Garcin, qui a la tête enfouie dans les mains. Elle lui dit de ne pas relever, car elle sait qu'il n'a pas de visage. Quand il lève les yeux et révèle que, en fait, oui, il a un visage, elle est confuse. Il semble qu'elle attendait quelqu'un d'autre. Ines, lesbienne, regarde Estelle avec beaucoup d'intérêt, parce qu'elle est belle et lui plaît.

 

Estelle est surtout préoccupé de son apparence. Elle veut un miroir pour se regarder. Elle veut que tout le monde la regarde. Ines est plus que disposé à le faire, mais Garcin non. Cette situation est problématique : Ines s'intéresse à Estelle, qui s'intéresse à Garcin, qui voudrait rester tranquille... s'ensuivent des scènes de querelle.

 

Garcin, Inès et Estelle sont morts et se sont retrouvés en enfer. Estelle refuse d'entendre le mot "mort" et veut qu'on dise "absent". Estelle est dans le déni pendant la majeure partie de la pièce. Ines, d'autre part, veut faire face à la musique. Elle passe son temps à crier : "Nous sommes en enfer !" quand elle le peut, afin que personne n'oublie. Quant à Garcin, il veut généralement qu'on le laisse tranquille. Selon lui, ils ne feront que se nuire les uns les autres s'ils quittent leurs canapés respectifs et se parlent. 

 

Mais ils ne font que se harceler les uns les autres et se disputer, chacun des trois personnages révèle lentement l'histoire de sa vie. Garcin était journaliste à Rio pour un journal pacifiste. Il a été tué pour avoir défendu ses principes. Estelle était une pauvre fille dont les parents sont morts quand elle était jeune. Elle a épousé un vieil homme riche, est devenue une femme du monde, et il est mort d'une pneumonie. Ines était employé des Postes.

 

Pendant qu'ils parlent, chacun des trois aperçoit des scènes sur terre. Garcin regarde son collègue, Gomez, parler de lui à leurs amis. Ines regarde son ancien appartement se referma, puis loué à quelqu'un de nouveau. Estelle regarde son amie, Olga, flirter avec un garçon. Et tous ignorent pourquoi ils sont en enfer.

 

Et puis les vraies histoires sortent. Garcin était un homme adultère et un lâche. Estelle est tombée enceinte de son amant, a fui en Suisse pour avoir le bébé, puis lui noyer. Ines a vécu avec son cousin et son épouse, Florence, avant de s'éprendre d'elle et de la retourner contre son mari. 

 

Maintenant qu'ils ont admis pourquoi ils sont en enfer, ils peuvent commencer à comprendre ce que sera leur enfer : chacun d'eux est destiné à torturer un des deux autres. Garcin tortures Estelle, car elle veut qu'il l'aime pour sa beauté alors qu'il refuse de le faire. Estelle tortures Ines, parce Ines sent une attraction non réciproque envers Estelle. Et enfin, Ines torture Garcin, parce que c'est un homme et qu'il intéresse Estelle. Il veut être considéré comme un héros, pas un lâche, et c'est l'approbation d'Inès qu'il cherche (depuis qu'il a correctement identifié qu'elle, et pas Estelle, connaît et comprend les émotions humaines et des défauts).

 

Tous les trois sont "inextricablement liés" les uns aux autres, ne s'accordant aucun répit, tout comme l'absence de sommeil et la lumière continue les y inviter. Leur enfer sera cette pièce, ces trois canapé, et leur relation inextricable et irritante, pour l'éternité.



***


Huis clos est une pièce de théâtre de Jean-Paul Sartre écrite fin 1943 et représentée pour la première fois le 7 mai 1944 au Théâtre du Vieux-Colombier avec Michel Vitold (Garcin), Tania Balachova (Ines), Gaby Sylvia (Estelle) et Chauffard (le garçon).


La phrase la plus célèbre de Huis-Clos, "L'Enfer, c'est les autres" a été mal comprise et Sartre s'en est expliqué en 1964 dans le commentaire de l'enregistrement de la pièce : 


« "L'enfer c'est les autres" a été toujours mal compris. On a cru que je voulais dire par là que nos rapports avec les autres étaient toujours empoisonnés, que c'était toujours des rapports infernaux. Or, c'est tout autre chose que je veux dire. Je veux dire que si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l'autre ne peut être que l'enfer. Pourquoi ? Parce que les autres sont, au fond, ce qu'il y a de plus important en nous-mêmes, pour notre propre connaissance de nous-mêmes. Quand nous pensons sur nous, quand nous essayons de nous connaître, au fond nous usons des connaissances que les autres ont déjà sur nous, nous nous jugeons avec les moyens que les autres ont, nous ont donné, de nous juger. Quoi que je dise sur moi, toujours le jugement d'autrui entre dedans. Quoi que je sente de moi, le jugement d'autrui entre dedans. Ce qui veut dire que, si mes rapports sont mauvais, je me mets dans la totale dépendance d'autrui et alors, en effet, je suis en enfer. Et il existe une quantité de gens dans le monde qui sont en enfer parce qu'ils dépendent trop du jugement d'autrui. Mais cela ne veut nullement dire qu'on ne puisse avoir d'autres rapports avec les autres, ça marque simplement l'importance capitale de tous les autres pour chacun de nous. »


Loïc Di Stefano

il y a 45 mois Suivre · Utile  (1) · Commenter
Le salon littéraire
à suivre sur le salon littéraire










● LE MEILLEUR DES LIVRES

La sélection d'Annick Geille des meilleurs livres de la période avec des extraits exclusifs.





● LES RENCONTRES DU SALON
Retrouvez les interviews du Salon littéraire. 

 NE LISEZ PAS CES LIVRES !
Et si les écrivains eux-mêmes vous donnaient dix bonnes raisons de ne pas lire leurs livres !

biographies et résumés d'oeuvres
 BIOGRAPHIES D’AUTEURS
Panorama de la littérature de tous temps et de tous pays. Biographies d'auteurs.

 RÉSUMÉS D’ŒUVRES
Résumés et analyses des grandes œuvres de la littérature classique et moderne.

retrouvez nous aussi sur