Les vies multiples d’Amory Clay de William Boyd : Une femme dans le siècle

Qui est Amory ? Celle que l’on a doté d’un prénom de garçon à cause d’une erreur familiale, la jeune fille amoureuse de son oncle, la femme qui s’offre une aventure lesbienne ou une photographe avertie et reconnue qui cherche à arrêter le temps ? Un peu de tout cela sans doute puisqu’on suit l’héroïne tout au long de son existence, mais aussi à 70 ans, à l’heure du bilan d’une vie fort riche.

 

En parcourant l’Allemagne des années 30 et les bordels berlinois, la guerre en France, les années Vietnam, en regardant les 73 clichés pris par son héroïne, Boyd nous fait pénétrer dans son intimité, mais décrit aussi le siècle en effervescence, les illusions perdues, les espoirs sans cesse renouvelés.

 

La photographie étant un art nouveau, les femmes peuvent se l’approprier, sans se plier au conformisme des hommes. Amory adolescente, un Leica à la main ou à l’aube de la vieillesse vit sa vie tambour battant à la façon d’une Lee Miller ou d’une Margaret Bourke-White et c’est notre cœur qui bat à la suivre ainsi. Un livre sensuel et fin sur une affranchie dont on se souviendra longtemps. Décidemment William Boyd a tous les talents, y compris celui de devenir une femme le temps d’un livre !

 

Ariane Bois

 

William Boyd, Les vies multiples d’Amory Clay, traduit de l’anglais par Isabelle Perrin, Le Seuil, octobre 2015, 516 pages, 22,50 €

Aucun commentaire pour ce contenu.