Une semaine en avril, Linda Pastan

Un recueil bilingue consacré à Linda Pastan, figure attachante de la poésie contemporaine américaine, vient de sortir aux éditions numériques Recours au poème dont les dynamiques animateurs, poètes eux-aussi, nous proposent un ensemble de poèmes choisis, traduits et réunis par Raymond Farina sous le titre Une semaine en avril (poèmes choisis 1981/1995), auquel ils ont judicieusement ajouté quelques photos signifiantes de deux jeunes artistes accompagnant leur travail éditorial en cohérence avec l'esprit de la maison. 

Connu pour ses traductions poétiques de l'anglais (américain), ainsi que de l'italien, du portugais ou de l'espagnol, Raymond Farina ne pouvait qu'être touché par cette lumineuse simplicité d'écriture qu'il sait si bien nous rendre, et par les thèmes de la poétesse américaine dont beaucoup entrent en résonance avec son oeuvre propre de poète (1). Et sa mise en forme du recueil contribue également à éclairer l'essence de la poésie de Linda Pastan qui semble «...à la recherche / d'une sorte de perfection / qu'on atteint dans les livres». Une poésie qui est à la fois un mode d'écriture et une manière d'être au monde, rejoignant en cela toute «poésie des profondeurs» (2) – la seule qui intéresse cette jeune maison d'édition.

Pour composer ce recueil, Raymond Farina a retenu 33 poèmes - nombre peut-être trop symbolique pour être anodin - prélevés pour la quasi-totalité dans l'importante anthologie Carnival Evening (3) sans en modifier l'ordre de présentation. Leur choix, et notamment celui des trois premiers poèmes ouvrant le recueil, s'avère cependant à mon sens hautement significatif, tout comme l'est celui de l'avant-dernier, tiré d'un recueil antérieur (4) et surtout du dernier excédant le cadre temporel annoncé. 11 septembre 2001 (5) semble ainsi conclure ce recueil sur la beauté moqueuse et paradoxale d'un ciel de septembre, tandis qu'Autoportrait semble l'introduire en nous donnant à voir le corps du poète, annonçant le temps et le lieu dans lequel il se situe.

Quand on ouvre à proprement parler ce recueil avec cet Epilogue  puis ce Prologue (deuxième et troisième poèmes) renversant l'ordre d'encadrement de la tragédie, comment ne pas y voir le signe d'un retour en amont brisant les lignes du temps, remontant à la source en creusant «la terre noire» car «le tunnel se déroule / en l'arrière» ? On peut dès lors amorcer notre plongeon «dans les ténèbres du chapitre premier» (le quatrième poème en fait, intitulé Rêves) et le terminer au trente-deuxième intitulé A ma fenêtre. Et Le cornouiller, seizième poème dont le dernier vers «une semaine en avril» (6) – mois symbole du renouveau printanier - a inspiré le titre, pourrait s'affirmer comme le coeur vibrant de cette construction.

La poésie de Linda Pastan, cette fille du Bronx, parle du quotidien de manière subtile et délicate. Elle évoque les joies des moments simples comme les menaces se profilant sous la surface calme de nos vies ordinaires, nos désirs comme nos peurs, déployant cette «arithmétique de l'alternance» qui nous «permet de tourner la page» du livre de la vie. Sensible à la fragilité du réel, elle exalte la beauté de la nature qui s'offre à nous et le tragique de nos vies éphémères en brassant des thèmes universels.

A l'écoute du silence et poreuse au mystère, elle ne travaille pas la lumière aveuglante mais la nuit éclairante, la nuit originelle du monde et notre nuit intérieure, jetant ses mots comme des ponts entre deux silences, traçant de fugaces constellations scintillantes. C'est «une voix lactée», une poésie légère mais intense faisant surgir d'une ombre massive une furtive mais néanmoins vivace lumière, comme le soulignent si bien ces mystérieuses photos nocturnes de Charles Beauté et Juliette Goiffon.

Cette poésie est aimantée par la mort, l'énigme fondatrice universelle où s'enracine toute poésie des profondeurs. Elle tourne sans cesse autour de  la perte, de la disparition des êtres chers; et ces «fantômes» qui vivent en nous par le souvenir déambulent dans nombre de poèmes, y faisant résonner leur voix :

«...Les voix murmurent encore pour moi

même après quelles aient quitté

leur corps

(Autoportrait)

Elle est profondément marquée aussi par notre propre désintégration à venir, par ce processus de vieillissement inéluctable, par ces feuilles d'automne emportées par le vent vers l'inconnu, et elle exhale la nostalgie de l'enfance, cet «Eden» perdu :

«Quand la route se rétrécit devant moi

je regarde par-dessus mon épaule

du côté où sa courbe retourne

vers l'enfance, sa ligne blanche

séparant le réel de l'imaginaire

de même que le faîte de l'épine dorsale

divise le corps en deux parties

en laissant au centre le ventre doux

vulnérable à tout.»

(Autoportrait)

«Touriste» aux «bagages perdus»,«en transit dans [sa] vie», le poète semble ainsi en exil sur cette terre : entre deux mondes, entre deux temps, entre réel et imaginaire, sans cesse tourné vers cet autre lieu - celui de l'origine et du futur. Un poète en attente sur le rivage des rêves qui fugacement révèlent une autre réalité.

Alors que La lune continue à se lever et se coucher, que les feuilles reverdissent et les oiseaux reviennent dans un cycle des saisons se renouvelant à l'infini, la courte trajectoire de nos vies s'infléchit inexorablement dans une même direction :

«Maintenant je me tiens tranquille

à ma fenêtre

en observant la neige

qui ne connaît qu'une direction

lorsqu'en silence elle va

tomber vers le silence.»

(A ma fenêtre)

Et nos coeurs meurtris, «...sans défense / devant une brêve explosion de pétales / une semaine en avril» (Le cornouiller), saignent aussi de toute la beauté du monde :

«Le monde nous blesse

avec sa beauté, comme s'il savait

que nous devons le quitter bientôt.»

(Dans un pays du Nord)

Une poésie en mode mineur fidèlement servie par un poète/traducteur.

 

1) http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com/article-virgilianes-anecdotes-et-epitola-posthumus-de-raymond-farina-84709532.html

 

2) cf le credo éditorial de Recours au poème : http://www.recoursaupoemeediteurs.com/

3) Anthologie parue en 1998 chez W.W. Norton & Company, et reprenant notamment des poèmes écrits de 1968 à 1998 et souvent publiés dans des recueils antérieurs. La plupart des poèmes choisis par R. Farina sont ainsi extraits de Waiting for my Life (1981) et de An Early Afterlife (1995)

4) PM/AM, New and selected Poems, Norton & Company 1982

5) qui serait désormais incorporé au recueil Traveling light, Norton& Company 2011

6) cf ce poème bien postérieur qui semble faire écho à la tonalité de ce recueil et le prolonger :

 

April
 

A whole new freshman class
of leaves has arrived

on the dark twisted branches
we call our woods, turning

green now—color of
anticipation. In my 76th year,

I know what time and weather
will do to every leaf.

But the camellia swells
to ivory at the window,

and the bleeding heart bleeds
only beauty.

Linda Pastan, from Traveling Light. © W.W. Norton & Co., 2011

 

Emmanuelle Caminade

Une semaine en avril (poèmes choisis 1981/1995), Linda Pastan, traduit de l'anglais (américain) par Raymond Farina, Ebook, Recours au Poème éditeurs, collection Ailleurs, mars 2015, 95 p., 8 €

1 commentaire

Anco Márcio
Anco Márcio

 Emmanuelle Caminade , a su restituer le fusionnel talent  de tous les protagonistes du grand OEUVRE " Une semaine en avril " dans un commentaire composé bien documenté ,  ni succinct ni copieux ,

mais goûteux  et plus que parfait !