Lionel Bourg et les Verts

Jadis – ou naguère – une chanson reprise encore par les supporters de l'Association Sportive de Saint-Étienne (ASSE) affirmait que les plus forts étaient évidemment les Verts depuis une finale manquée (Ah ! les poteaux rectangulaires...) à Glasgow.

Les temps ont changé : ce qui n'enlève rien à l'amour que Lionel Bourg porte à son équipe et au stade Geoffroy Guichard. Cette passion permet à l'auteur de créer au-delà de l'éloge de ses champions une sorte d'autobiographie.

"Les anges colorés d'absinthe" planent toujours sur la ville comme ceux de Wim Wenders sur Berlin rappelle l'écrivain. Mêlant l'individuel et le collectif ce récit fait bouillir une nouvelle fois le fameux "chaudron"'.

Lionel Bourg dégraisse la ville de sa grisaille. Car il n'est pas que ses joueurs à s'habiller de vert. La ville est plus avenante que l'image dont elle pâtit. Sur les terrils noirs poussent désormais des tilleuls.

Jean-Paul Gavard-Perret

Lionel Bourg, Geoffroy Guichard  Le vert paradis des dieux trop humains, coll. Le club des écrivains, Mediapop éditions, août 2021, 72 p., 9 euros

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.