Suivre ce groupe
Louis-Ferdinand Céline
Céline (1894-1961), auteur de Voyage au bout de la nuit a révolutionné la littérature française. Il est controversé pour ses violents pamphlets antisémites. Biographie de Louis-Ferdinand Céline

Céline : Biographie

il y a 53 mois Suivre · Utile  (5) · Commenter



Chronologie synthétique de la vie et l'oeuvre de Louis-Ferdinand Céline (1894-1961)Le docteur Destouches, alias Céline, suscite encore polémiques, controverses, débats houleux, incompréhension et rejets de toutes sortes. C’est avec Proust l’un des rares écrivains majeurs du XXe siècle. Mais, le romancier de génie, l’auteur de Voyage au bout de la nuit qui a révolutionné la littérature française, parviendra-t-il un jour à faire oublier l'auteur des violents pamphlets antisémites ? 


1894 – 27 mai : naissance de Louis, Ferdinand Destouches à Courbevoie, fils de Ferdinand-Auguste Destouches et Marguerite, Louise, Céline Guillou. Juin : placé en nourrice dans L’Yonne, puis à Puteaux.

 

1897-1898 – Le couple Destouches déménage à Paris dans le 7e arrondissement. Louis les rejoint, puis déménagement dans le 18e à Montmartre.

 

1899 – Juillet : la famille s’installe au 64, passage Choiseul, dans le iie arrondissement ou Marguerite ouvre un magasin où elle vend notamment de la dentelle ancienne.

 

1900 – Début de la scolarité de Louis au cours élémentaire de la rue Louvois. Visite l’Exposition universelle avec son père.

 

1904 – Juillet : déménagement pour le 67, passage Choiseul. Rencontre avec Simone Saintu. 28 décembre : mort de sa grand-mère et marraine, Céline Guillou.

 

1905 – Louis Destouches intègre l’école catholique Saint-Joseph des Tuileries et fait sa première communion en mai.

 

1906 – Retour à l’école publique rue d’Argenteuil.

 

1907 – Obtient son certificat d’études, fin de la scolarité. Août : Louis part une année en Allemagne à Diepholz en séjour linguistique. Fin 1907 : les Destouches déménagent pour la rue Marsollier, tout en conservant la boutique du passage Choiseul.

 

1908 – De septembre à décembre : second séjour en Allemagne, à Karlsruhe

 

1909 – De février à novembre : séjour linguistique en Angleterre, à Rochester puis à Broadstairs.

 

1910-1911 – Apprenti chez un marchand de tissu puis en joaillerie.

 

1912 – Octobre : Louis s’engage pour 3 ans au 12e régiment de cuirassiers à Rambouillet.

 

1913 – Août : nommé brigadier. Fin de l’année : rédige Carnet du cuirassier Destouches.

 

1914 – Mai : nommé maréchal-des-logis. 14 juillet, le 12e cuirassiers défile devant le président de la République. Août : déclaration de guerre, le 12e cuirassier est mobilisé. Septembre : engagé sur le front à l’est. 27 octobre : blessé gravement par balle au bras droit à Poelkapelle. Il est opéré le 29 octobre à Hazebrouk, puis transféré en décembre au Val-de-Grâce. Décoré de la Médaille militaire

 

1915 – Janvier : opéré du bras à l’hôpital Paul-Brousse à Villejuif. Après une convalescence, il est affecté de mai à novembre au consulat de France à Londres. 2 décembre : réformé et démobilisé il reste à Londres.

 

1916 – Janvier : mariage non enregistré avec Suzanne Nebout. Mars : retour seul à Paris. Mai : part en Afrique comme surveillant de plantation au Cameroun.

 

1917 – Mars : rapatrié en France pour des raisons médicales. Sur la route du retour, il rédige une nouvelle, Des vagues, premier texte littéraire connu. Fin de l’année : rencontre Raoul Marquis, dit Henry de Graffigny et collabore à la revue de vulgarisation scientifique qu’il dirige, Eurêka.

 

1918 – Mars : embauché par la fondation Rockefeller comme conférencier pour la prévention de la tuberculose. Rencontre à Rennes le docteur Athanase Follet, professeur à l’école de médecine, ainsi que sa fille Édith dont il tombe amoureux.

 

1919 – Avril et juillet : durant son séjour dans le bordelais dans le cadre de la mission Rockefeller, passe les deux parties du baccalauréat (grâce aux décrets de janvier 1919 offrant des conditions spéciales aux anciens combattants). 19 août : mariage avec Édith Follet et installation à Rennes. Novembre : s’inscrit au PCN de la faculté de sciences de Rennes.

 

1920 – Mars : obtient le PCN. Avril : inscription à la faculté de médecine de Rennes où il effectuera les trois premières années du cursus. 15 juin : naissance de sa fille Colette.

 

1923 – Effectue à Paris les deux dernières années du cursus.

 

1924 – Mai : soutient sa thèse de doctorat de médecine (La Vie et l’œuvre de Philippe Ignace Semmelweis). Juin : réintégré à la Fondation Rockefeller. Rencontre Ludwig Rajchman, directeur la section hygiène de la Société des Nations qui l’embauche à la fin de l’année. Il laisse femme et enfant à Rennes et aménage seul à Genève.

 

1925 – De février à août : mission médicale pour la SDN à Cuba, aux États-Unis au Canada et en Europe. Publie à compte d’auteur une étude médicale, La Quinine en thérapeutique.

 

1926 – De mai à juin : mission médicale en Afrique pour la SDN. Juin : divorce d’avec Édith Follet prononcé à ses torts. Décembre : rencontre à Genève la danseuse américaine Elizabeth Craig, liaison qui durera six ans. Il commence à écrire L’Église, pièce de théâtre inspirée des mœurs de la SDN.

 

1927 – Été : son contrat avec la SDN prenant fin, il s’installe à Paris avec Elizabeth Craig. Octobre : Gallimard refuse L’Église. Décembre : s’installe comme médecin à Clichy, cabinet qu’il fermera en 1929 par manque de clientèle.

 

1928 – Avril : élu membre de la Société de médecine de Paris. Rédige deux publications médicales, et une deuxième pièce de théâtre, Périclès, farce en trois tableaux et petits divertissements, qui finalement s’intitulera Progrès. Juillet : la NRF refuse Semmelweis. Fin de l’année : entre comme collaborateur dans un laboratoire pharmaceutique de Paris, La Biothérapie.

 

1929 – Devient vacataire au dispensaire à Clichy et réalise quelques missions pour le compte de la SDN, notamment à Londres. Rédige quatre publications médicales. Rencontre Joseph Garcin durant l’été. Août : installation 98 rue Lepic, à Montmartre. Début de la rédaction de Voyage au bout de la nuit, les soirs, au dispensaire. Rencontre le peintre Henri Mahé.

 

1930 – Entre au laboratoire Gallier à Paris, où il met au point la Basedowine (médicament destiné à réguler l’activité ovarienne) qui sera en vente jusqu’en 1971. Pour aider sa mère qui a de modestes revenus, il lui fera reverser jusqu'à sa mort, en 1945, les redevances qu'il touchait sur l'invention de la Basedowine et lui obtiendra une place de visiteuse médicale dans ce même laboratoire. Mars : il fait paraître dans la revue Monde d’Henri Barbusse un violent réquisitoire : « La Santé publique en France ». Juin-juillet : missions pour la SDN en Europe centrale.

 

1931 – Assure également une vacation au dispensaire Marthe-Brandès à Paris. Elizabeth présente à Louis la danseuse danoise Karen Marie Jensen. Juin : travaille pour les laboratoires pharmaceutiques Cantin à Palaiseau, dirigés par René Arnold. Il met au point les comprimés et les gouttes Nican contre la toux, et le somnifère Somnothyril, et s'occupe également de la publicité et de la vente de ces produits.

 

1932 – 14 mars : mort de son père. Avril : le manuscrit de Voyage au bout de la nuit est proposé aux éditions Bossard, Figuière, Gallimard et Denoël avec lequel il signera un contrat le 30 juin. Il prend le pseudonyme de Céline en hommage à sa mère et en souvenir de sa grand-mère maternelle. Septembre : rencontre Erika Irrang et Cillie Ambor qui revoit à Vienne en décembre. 15 octobre : Voyage au bout de la nuit est mis en vente. 7 décembre : favori pour le prix Goncourt, qui est finalement attribué à Guy Mazeline pour Les Loups. Voyage au bout de la nuit obtient le prix Renaudot. Le scandale propulse les ventes.

 

1933 – Février : correspond avec Évelyne Pollet, jeune femme d’Anvers, qu’il rencontre en mai et qui deviendra une maîtresse occasionnelle. Dernière publication médicale : « Pour tuer le chômage, tueront-ils les chômeurs ? » 16 mars : « Qu’on s’explique… », postface à Voyage paraît dans l’hebdomadaire maurassien Candide. Mai : la traduction allemande de Voyage est interdite. Juin : rédaction de « 31, cité d’Antin ». Séjour à Londres où il retrouve Garcin. Séjour à Vienne où il retrouve Cillie. Départ d’Elizabeth Craig aux États-Unis pour enterrer sa mère et s’occuper de son père ; elle ne reviendra pas. Été : début de la rédaction de Mort à crédit. 18 septembre : L’Église paraît remanié chez Denoël et Steele qui refuse La Légende du roi Krogold. 1er octobre : prononce à Médan un éloge de Zola. Rencontre cette année là Élie Faure et des psychanalystes Anny Angel (Vienne) et Annie Reich (Prague).

 

1934 – Durant l’été, voyage aux États-Unis pour retrouver Elizabeth Craig et adapter Voyage au bout de la nuit au cinéma : double échec. Rencontre la sculptrice Louise Nevelson sur le bateau de retour, puis l’acteur Robert Le Vigan.

 

1935 – Mai : rencontre Lucienne Delforge avec laquelle il voyagera au Danemark et en Allemagne en juillet. Août : commence à travailler sur Mort à crédit.

 

1936 – Rencontre Marie Canavaggia qui deviendra sa secrétaire et qui supervisera la mise au point de tous les livres de Céline jusqu’à sa mort. 12 mai : mise en vente par Denoël et Steele de Mort à crédit. La critique est partagée. Juillet : Céline rencontre une jeune danseuse, Lucette Almanzor (née en 1912) qui deviendra sa femme. Été : voyage en URSS. Rédaction du ballet « La Naissance d’une fée ». 2 décembre : création de L’Église aux Célestins à Lyon. Le 28 : publication de Mea Culpa (et de sa thèse sur Semmelweis à la suite), pamphlet anticommuniste, faisant suite à son voyage en URSS.

 

1937 – Février : court voyage aux États-Unis. Mars : rédaction d’un ballet : « Voyou Paul ; Brave Virginie ». De mai à septembre, Céline, qui vit désormais avec Lucette entame la rédaction de Bagatelles pour un massacre, au Havre et à Saint-Malo durant des remplacements, qui paraîtra le 28 décembre. Il démissionne entre-temps du dispensaire de Clichy et quitte La Biothérapie.

 

1938 – Janvier : voyage à Anvers avec Évelyne Pollet. Mai : voyage au Canada et aux États-Unis pour la traduction anglaise de Mort à Crédit. Devant le succès de Bagatelles pour un massacre, et, dans l’urgence de la guerre, Céline écrit, durant l’été à Saint-Malo, L’École des cadavres, qui paraît le 24 novembre et Scandale aux abysses. Décembre : assiste à une réunion politique animée par Darquier de Pellepoix.

 

1939 – Avril : suite aux décrets Marchandeau Denoël retire de la vente les deux pamphlets. Céline est accusé par Je suis partout de s’être « dégonflé ». Juin : Céline et Denoël sont condamnés pour diffamation par le docteur Rouquès. Septembre, déclaration de guerre. Céline n’étant pas mobilisable ouvre un cabinet à Saint-Germain-en-Laye, échec. Décembre : Céline s’embarque comme médecin sur le Chella, paquebot réquisitionné pour le transport de troupes.

 

1940 – 5 janvier : le Chella éperonne accidentellement un bâtiment de la Royal Navy au large de Gibraltar. Retour en France, il travaille au dispensaire de Sartrouville. Juin : exode en ambulance avec Lucette jusqu’à La Rochelle. Retour en juillet à Sartrouville. Fin novembre : devient médecin au dispensaire de Bezons. L’École des cadavres est remis en vente, amputé des six pages litigieuses. Commence la rédaction des Beaux Draps.

 

1941 – Février : publie « Acte de foi » dans La Gerbe. Emménage au 4, rue Girardon, à Montmartre. Publication des Beaux Draps (initialement titré Notre-Dame de la Débinette) aux Nouvelles Éditions Françaises (ex Denoël). Mai : assiste à l’inauguration de l’Institut d’étude des questions juives. Septembre : assiste à l’inauguration de l’exposition « Le Juif et la France » au Palais Berlitz. Décembre : Les Beaux Draps interdit et saisi en zone non occupée.

 

1942 – Février : assiste à un meeting de Doriot. Mars : voyage à Berlin avec Gen Paul. Réédition de Voyage au bout de la nuit et de Mort à crédit illustrés par Gen Paul. Octobre : réédition de L’École des cadavres augmentée d’une préface et de photos.

 

1943 – 15 février : mariage avec Lucette Almanzor. Achève la rédaction de Scandale aux abysses. Octobre : réédition avec illustrations de Bagatelles pour un massacre.

 

1944 – Janvier : parution de Bezons à travers les âges d’Albert Serouille, préfacé par Céline. Mars : sortie de Guignol’s band. 17 juin chez Denoël : fuite en Allemagne de Céline, Lucette et du chat Bébert, pour gagner le Danemark où l’écrivain a déposé de l’or. Pillage de leur appartement parisien. Séjours à Baden-Baden, Kränzlin et arrivée en octobre à Sigmaringen.

 

1945 – 6 mars : mort de Marguerite Destouches. 22 mars : départ de Sigmaringen pour le Danemark. Arrivée à Copenhague le 27 mars ; le couple loge chez Karen Marie Jansen. Avril : mandat d’arrêt français contre Céline pour trahison. Mai : première rencontre avec son avocat, Me Mikkelsen. 2 décembre : assassinat de Robert Denoël. 17 décembre : le couple est arrêté par la police danoise, suite à la demande d’extradition de la France. 28 décembre : libération de Lucette.

 

1946 – Dans sa prison danoise, Céline achève Guignol’s band II et entame la rédaction de Féerie pour une autre fois. Novembre : hospitalisé au Sundby Hospital.

 

1947 – Janvier : retour en prison. Février : hospitalisé au Rigshospital de Copenhague. 24 juin : libéré sur parole. Octobre : Paraz l’informe du texte de Sartre qui l’accuse dans Les Temps modernes d’avoir été payé par les Allemands. Il répond par À l’agité du bocal que Jean Paulhan trouvera trop violent et refusera de publier dans Les Cahiers de la Pléiade (Gallimard).

 

1948 – Mai : installation du couple à Klarskovgaard, près de Korsør, sur la mer Baltique, dans une maison appartenant à son avocat. Juillet : visite de Milton Hindus. Septembre : visite d’un jeune admirateur, Pierre Monnier. Novembre : publication du premier chapitre de Casse-pipe par les Cahiers de la Pléiade. Décembre : parution du Gala des vaches d’Albert Paraz, contenant des lettres de Céline et la réponse à Sartre.

 

1949 – Janvier ; parution en Suisse du ballet « Foudres et flèches ». Juin : Voyage au bout de la nuit est réédité par les éditions Froissart, à Bruxelles. Plainte de Denoël en contrefaçon classée sans suite. Décembre : parution de Casse-pipe chez Chambriand, maison d’édition créée par Monnier avec Amiot-Dumont. Le procès de Céline est reporté.

 

1950 – 21 février : Céline, défendu par Mes Naud et Tixier-Vignacour est condamné à un an de prison, 50 000 francs d’amende, à l’indignité nationale et la confiscation de la moitié de ses biens. Avril : parution de Valsez saucisses de Paraz avec des lettres de Céline. Novembre : parution de Scandale aux abysses chez Chambriand.

 

1951 – 20 avril : après un subterfuge juridique, « Louis Destouches » est amnistié par le tribunal militaire. Juillet : retour de Céline, Lucette et du chat Bébert en France. Il signe un contrat d’édition avec Gallimard, qui commence à commercialiser et à rééditer ses anciens titres, à l’exception des pamphlets. Septembre : le couple s’installe à Meudon ; Céline ouvre un cabinet médical et Lucette un cours de danse.

 

1952 – Juin : publication de Féerie pour une autre fois par les éditions Gallimard, dans l’indifférence générale.

 

1954 – Juin : publication, en cinq livraisons, des Entretiens avec le professeur Y, par la Nouvelle Nouvelle Revue Française (NNRF). 25 juin : publication de Féerie pour une autre fois II sous le titre de Normance aux éditions Gallimard. Nouvel échec.

 

1955 – Parution en volume d’Entretiens avec le professeur Y.

 

1956 – Mars : enregistrement d’un disque sur lequel Céline chante deux chansons de sa composition et Arletty et Michel Simon lisent des extraits des romans. Voyage en Livre de Poche.

 

1957 – Juin : publication de D’un château l’autre, premier volet de la « Trilogie allemande ». Succès critique. Interviews dans l’Express qui fait scandale. Enregistrement de « Lectures pour tous » de Pierre Dumayet.

 

1959 – Parution de Ballets sans musique, sans paroles, sans rien. L’émission « En français dans le texte » avec Céline est interdite d’antenne.

 

1960 – Mai : parution de Nord. Deuxième succès critique.

 

1961 – 30 juin : achève la rédaction de Rigodon, dernier volet de la « Trilogie allemande ». 1er juillet : mort de Louis-Ferdinand Céline d’une rupture d’anévrisme. 3 juillet : Lucette publie un communiqué. 4 juillet : enterrement au cimetière de Meudon.

 

1962 – Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit dans la Pléiade.

 

1964 – Parution de Guignol’s band II sous le titre Le Pont de Londres.

 

1969 – Parution de Rigodon.


Joseph Vebret

© Dessin : Innocent.

il y a 53 mois Suivre · Utile  (5) · Commenter

1 commentaire

resa
resa il y a 49 mois


bien mais devrait situer de quelques mots les livres qui apparaissent dans la chronologie; Celine c comme Proust, c grand tres grand.

merci  tous;

resa

Le salon littéraire
à suivre sur le salon littéraire










● LE MEILLEUR DES LIVRES

La sélection d'Annick Geille des meilleurs livres de la période avec des extraits exclusifs.





● LES RENCONTRES DU SALON
Retrouvez les interviews du Salon littéraire. 

 NE LISEZ PAS CES LIVRES !
Et si les écrivains eux-mêmes vous donnaient dix bonnes raisons de ne pas lire leurs livres !

biographies et résumés d'oeuvres
 BIOGRAPHIES D’AUTEURS
Panorama de la littérature de tous temps et de tous pays. Biographies d'auteurs.

 RÉSUMÉS D’ŒUVRES
Résumés et analyses des grandes œuvres de la littérature classique et moderne.

retrouvez nous aussi sur