Marcel Miracle c’est fort en visions

 

Marcel Miracle (dont le nom et prénom sont créés de ses deux initiales identitaires auxquelles se sont adjointes en vrac les lettres du mot « arc en ciel ») est un dessinateur et collagiste d’exception. Il est aussi chaman : et ce  n’est pas un gag même s’il cultive l’humour comme personne (l’auteur de ces lignes en est le témoin. « Elève » des déserts africains, de Borgès, les deux Malcolm (Lowry et Chazal) et de Pérec il sait tordre les « choses » pour donner au réel un mode d’emploi intempestif. L’œuvre est autant conceptuel que (et surtout) poétique. Collages et dessins donnent un cours insensé au quotidien. 

Marcel Miracle multiplie des clash optiques. S’y mixent l’imaginaire et la réalité. De ses montages sort un savoir inédit. S’y étalent  des fastes imprévus loin des idées et idéologies apprises. La connaissance de l’univers avance à pas d’unijambistes. Ils mesurent notre univers sous des angles imprévus. L’artiste rappelle que l’amour est né de la brouette et les aéroports du vol au vent.  Images et mots s’indéterminent de rien, de tout. Le monde s’enrichit d’un nouvel œil dont les mystères  ne s’épuisent pas : l’artiste lâche l’apparence pour une obscure clarté. Agnès B. ne s’y est pas trompé.

Jean-Paul Gavard-Perret

Marcel Miracle in « Le Parcours – Sans limite : de l’objet à l’œuvre », Galerie Agnès B - Homme, 10 rue du Vieux Colombier, 75006 Paris, du 10 au 19 juin 2016.

 

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.