Les sautes d'humour de Marcel Proust

"Ne pas la comprendre n'a jamais fait trouver une plaisanterie moins drôle"
A l'ombre des jeunes filles en fleur

La pratique du pastiche est une constante sous la plume de Marcel Proust, dont les premiers textes caustiques parus en livraisons dans Le Figaro à partir de 1908 seront réunis en 1919 à l'initiative de Gaston Gallimard :  c'est avec ses Pastiches et Mélanges qu'il fait son entrée en littérature. C'est donc un écrivain comique, même si, comme le rappelle fort justement Serge Sanchez dans son introduction aux Sautes d'humour de Marcel Proust : "L'humour n'est pas la première qualité à laquelle on songe lorsqu'on évoque Marcel Proust ; pourtant, on sourit et l'on rit beaucoup en lisant La Recherche". 
Contrairement à l'image de l'homme précieux et souffreteux qui allonge une littérature ardue en phrases interminables, Marcel Proust est un écrivain très drôle. Bien sûr, son humour est subtil, fait de bons mots et de lapsus, d'études de comportements avec des personnages grotesques comme Verdurin, Bloch ou Charlus, marqué par l'humour juif et l'esprit propre à Saint-Simon dont il était un fervent lecteur et dont on reconnaît les petites cruautés. 

Serge Sanchez, pour qui l'humour est partout chez Proust, nous offre un très beau florilège thématique par lequel traverser La Recherche : "Les hommes, les femmes, et inversement", "Du côté de chez snob", "Le sujet littérature", "Proust au naturel", "Façon de parler", "Longtemps j'ai été malade", "Madeleine variées". On piochera avec plaisir ici ou là une saillie ou un bon mot, et l'on regardera Proust avec cet angle de lecture toujours neuf — même si plusieurs l'ont déjà signalés (1), poursuivant notre relation avec l'inépuisable Recherche.  

Loïc Di Stefano

Les sautes d'humour de Marcel Proust, textes réunis et présentés par Serge Sanchez, Payot, mai 2015, 160 pages, 12 eur

(1) Citons notamment André Maurois

1 commentaire

arobase01

Allons plus loin : un titre comme "A l'ombre des jeunes filles en fleurs", n'est-ce pas un remarquable trait d'humour involontaire?

Jacques Géraud