Maria Pourchet, Rome en un jour

Paul et Marguerite forment un couple depuis dix ans. Tout va plus ou moins bien, si ce n’est que la routine a pris le pas sur la passion du début.

Pour les quarante ans de Paul, natif de février, Marguerite décide en juin de lui organiser un anniversaire surprise.

Privatisant la terrasse d’un hôtel, elle a tout prévu. A l’heure dite les amis sont là, le cadeau patiente.

Mais à l’autre bout de Paris, impossible de faire sortir Paul de sa tanière. De plus c’est un jour de math de rugby. Marguerite va tout essayer afin de l’entraîner hors de l’appartement mais rien n’y fait et au fil de la conversation, petites rancœurs et gros mécontentements enflent au point que les deux bobos finissent par se battre à coup de râpé de gruyère.

Sur la terrasse, l’ambiance sympathique et bon enfant tourne vite à l’aigre. Il y ceux qui balancent sciemment des vérités qu’il vaudrait mieux taire.

Ceux qui se trompent de soirée ou ne veulent pas assister à celle qu’ils ont organisée.

Ceux encore qui se battent comme des chiffonniers, mention spéciale au »chir » ORL et à Ariel «dans le cinéma ». La scène est hilarante.

Ceux qui enfin sont mal dans leur vie, dans leur couple, leur solitude  et vont se retrouver autour d‘un chiot-le cadeau- pour se raconter.

L’auteur note très finement « que quelque-chose soit petit, fourré, avec de grands yeux, et voilà, fin de la civilisation ».

Durant cette nuit mouvementée, on n est pas loin en effet de  la fin de l’urbanité. Les efforts pour avoir des conversations échouent les uns après les autres ; La maladresse l’emporte sur la politesse, les bonnes intentions font naufrage de façon systématique.

Du côté du héros de la fête, c’est encore pire, sa compagne  lui reproche tout,  il est mauvais au lit, il est au chômage, il n’a pas d’ambitions…

 

Maria Pourchet  dans son deuxième roman excelle dans l’observation acerbe d’une micro société dont l’alcool et l’attente délie les langues et fait tomber les masques de  bienséance.

 Très drôle, ce livre ne se veut surtout pas comique mais offre aux lecteurs une superbe galerie de portraits de trentenaires bien sous tous rapports et mal dans leur peau.


Brigit Bontour

 

Maria Pourchet, Rome en un jourGallimard, septembre 2013, 179 p., 16,90 €

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.