Les dessous chics : Marie-Laure Dagoit

                   

 


C’est - aussi - par leurs dessous chics que survivent les lucioles. Ils font même mieux que cela : ce qui capitonne « dérobe » et dévoile. C’est pourquoi la lingerie - indispensable aux irréparables outrages - doit être soignée. Le mâle qui parfois y laisse de suspectes taches peut y mettre la main aussi. Mais le pressing doit aussi s’en occuper. C’est pourquoi l’un et l’autre doivent être choisis avec soins.

 

Il faut aux bruissements des soies et satins un entretien infini. Ce qui isole la substance - et où celle-ci semble disparaître (pour un temps) - doit affrioler ce qu’elle sous-entend pour faire dresser ce qui va l’envahir dans sa combe chaude de hautes levées. Les dessous restent donc ce qui orne et défend pour libérer l’imaginaire et l’appel aux rythmes sublimés des  suavités de la chair.

 Jean-Paul Gavard-Perret

 Marie-Laure Dagoit, « Entretien des lingeries », Editions Derrière la salle de bains, 2014.

 

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.