Sledgehammer 44

 

Août 1944 : pour soutenir les forces alliées engagée sur le territoire français, l’armée US déploie le « projet Épiméthée » : un homme en armure de combat de haute-technologie est largué sur le front. Mais les choses tournent mal : il est blessé pendant un combat contre un énorme robot allemand. Le lieutenant Phelps et son unité récupèrent son corps inanimé. Pour éviter que l’armure ne tombe entre les mains des nazis, ils décident de le ramener au campement le plus proche. Mais qui est ce mystérieux personnage ? Et pourquoi n’arrive-t-on pas à démonter cette étrange armure pour en extraire son occupant ?

 

Après BRPD Origines, Sledgehammer 44 est une nouvelle incursion dans l’univers étendu d’Hellboy. Mike Mignola et John Arcudi sont à la manœuvre et remontent dans le temps jusque la Seconde Guerre mondiale. L’idée étant d’explorer le passé, et de montrer qu’avant Hellboy, il y avait déjà des héros. On connaissait déjà Sir Edward Grey (dans Witchfinder) ou encore Lobster Johnson. Ici, le héros est un guerrier en combinaison hi-tech. Iron Man première version (celle de 1963) et L’Homme au masque de fer d’Alexandre Dumas ne sont jamais bien loin.


À première vue seulement, car le cœur du premier chapitre repose justement sur l’identité de celui qui est sous l’armure. Le second chapitre est quant à lui un peu plus classique et oppose, dans la grande tradition des récits de super-héros, Sledgehammer à la Flamme Noire, un super-vilain nazi.

 

Deux dessinateurs se partagent le travail. Sur le premier chapitre, Jason Latour (dans un registre très différent de l’excellent Southern Bastards) joue les remplaçants après le décès de John Severin. Et il ne démérite pas, loin de là. Latour cherche un équilibre entre un dessin réaliste de la Seconde Guerre et la vision fantasmée à travers des années de pulps. Le résultat fonctionne bien : ses personnages sonnent juste, avec ce qu’il faut de décrochages délirants (le robot géant des SS). Dans le chapitre deux, Laurence Campbell, un habitué de l’univers d’Hellboy (BRPD L’Enfer sur Terre), prête son style sombre

Hommage aux vieux comics de la guerre et aux histoires d’horreur, Sledgehammer 44 est un récit complet réussi, qui enrichie l’univers d’Hellboy de nouveaux personnages, sans forcément mettre de côté les néophytes. Après BRPD Origines, voici une autre manière très agréable de découvrir l’univers d’Hellboy.

 


Stéphane Le Troëdec

 


 

Mike Mignola et John Arcudi (scénario), Jason Latour et Laurence Campbell (dessins)

Sledgehammer 44 (récit complet)

Édité en France par Delcourt (2 décembre 2015)

Collection Contrebande

160 pages couleurs, papier glacé, couverture cartonnée

15,95 euros

EAN : 9782756069951

 

 

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.