BPRD Origines, volume 2

Le professeur Trevor Bruttenholm , Simon Anders et trois agents du BRPD, une équipe d’enquêteurs en paranormal, enquêtent dans une base de l’armée de l’air suite au signalement de créatures monstrueuses. Une fois arrivée, Bruttenholm et ses agents découvrent l’existence d’une équipe de chercheurs travaillant sur le projet « Enkelados » et la bombe atomique…

 

L’univers d’Hellboy et de son créateur, Mike Mignola, ne cesse de s’étoffer au fil des récits. C’est sa grande force : réussir à se développer sans forcément perdre les lecteurs qui n’ont pas suivi la saga originelle (les premières aventures d’Hellboy). Même si avec ce volume deux, on commence à voir poindre un minimum de continuité. J’ai souvent vanté l’ouverture de cet univers aux néophytes pour toutefois que je ne peux que vous conseiller de commencer par le tome 1.

 

La continuité, justement. John Arcudi utilise les événements du tome 1 pour alimenter le développement de Simon Anders, un des membres du BRPD, l’équipe d’enquêteurs en paranormal du professeur Trevor Bruttenholm. Sa précédente rencontre avec les vampires l’a profondément marqué, au point qu’il doute du bien-fondé de sa mission. C’est surtout l’occasion pour John Arcudi d’approfondir ce qu’on a pour le moment assez peu vu, l’impact sur la santé mentale des agents du BRPD. Car finalement, à force d’affronter des créatures démoniaques et autres bestioles « lovecraftiennes », il est bien normal que leur santé mentale s’en trouve affectée. L’autre réussite de cette série, c’est d’intégrer l’univers d’Hellboy dans notre histoire, avec, ici, des références appuyées à la bombe nucléaire.

 

Continuité, toujours. Il est intéressant de noter que John Arcudi continue scénette par scénette à distiller quelques informations sur Hellboy, à cette époque encore un jeune garçon, ou plutôt jeune démon. Anecdotique, me direz-vous, certes, mais qui permet de créer des liens avec les aventures plus contemporaines d’Hellboy. L’autre personnage que travaille Arcudi en fond, c’est le professeur Trevor Bruttenholm.

 

Graphiquement, Max Fiumara (pour la première partie) et les frères Fábio Moon et Gabriel Bá réalise un travail de haute volée. Le premier fait le pari d’une mise en scène dynamique, tandis que les seconds affinent leur style au fil des épisodes pour se rapprocher de celui de Mignola, sans pour autant le singer.

 

Album après album, les successeurs de Mike Mignola développent son univers dans le plus grand respect. Difficile de bouder son plaisir.

 

 

Stéphane Le Troëdec

 

 

Lire la critique de BPRD Origines, volume 1

 

Mike Mignola, John Arcudi(scénario), Max Fiumara, Fábio Moon, Gabriel Bá (dessin)

BPRD Origines, volume 2

Édité en France par Delcourt (31 août 2016)

Collection Contrebande

320 pages couleurs, papier glacé, couverture cartonnée

29,95 euros

EAN : 9782756080993

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.