Le supermarché critique des images au Jeu de Paume... en février 2020

Sous la direction de Peter Szendy aidé par Emmanuel Alloa et Marta Ponsa, cette exposition illustre comment notre monde est sursaturé d'images : Plus de trois milliards d’images partagées chaque jour sur les réseaux sociaux, est-il précisé dans la présentation qui en a été donnée au Jeu de Paume.
Si bien que l'espace de visibilité du réel se trouve escamotée voire quasi biffée tant les interstices pour le laisser passer devient parcimonieuse.

Selon certains penseurs notre espace mental et visuel est déjà totalement envahi. De plus se pose le problème du stockage, gestion, transport (électronique ou non) des images et tout autant la question de leur fluidité ou de leur glu en des échéances aux valeurs discutables.

 

L’ouvrage dont est issue cette exposition souligne la dimension économique de l'existence des images qui prend le nom d’iconomie. Les images présentées au Jeu de Paume permettent de s'interroger sur les les bouleversements que ces représentations entraînent en affectant l’économie sous divers plans : compilations, matières supports, raréfaction et mutation du travail en ce mouvement vers une immatérialité et de nouvelles modalités d'expressions.

Les œuvres posent surtout la problématique de la visibilité à l’ère de l’iconomie qui est aussi une e-conomie globalisée. Elle précise enfin une "cristallisation momentanée comme l’équilibre provisoirement stabilisé des vitesses qui la constituent". De telles images sont – à travers celles de l'économie – la valorisation dispendieuse des systèmes de représentation.

Jean-Paul Gavard-Perret

Le Supermarché des Images, Jeu de Paume, Paris, du 11 février au 7 juin 2020
Découvrir l'exposition en ligne...

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.