Adios - Thomas Moralès


Moi aussi je rêvais d'être Jean-Paul Belmondo, cher Thomas Moralès, moi aussi.  

Comment pourrait-il en être autrement pour un garçon, devenu homme bien malgré lui, ayant vécu la même époque que vous ?

Nostalgique Thomas Moralès, sans doute, mais à raison quand on prend le temps comme il l'a si bien fait, de s'arrêter et de se souvenir d'un passé pas si lointain.

Dans Adios l'auteur nous livre des chroniques, des moments, des réflexions sur ce qui a fait et fait encore rêver une grande partie d'entre nous. Sur ce qui nous manque aussi...

L’auteur évoque d’abord le grand écran et ses stars : Claudia Cardinale aux yeux de feu, Sophia Loren et ses seins qui en ont rendus fous plus d’un, Arletty et sa voix magique, Gabin et sa posture hors du commun. Sans oublier les inoubliables dialogues et scénarios d'Audiard. Tous ces merveilleux personnages qui nous ont fait rire, voyager, fantasmer même pour certain(e)s.

Le cinéma, mais pas uniquement le cinéma d'auteur, non le cinéma français dans toute sa complexité. Cinéma des années soixante-dix et quatre-vingts si bien représenté par De Broca par exemple. Il va même jusqu'à  nous rappeler les films de Max Pécas, souvenez vous les branchés à Saint-Tropez. Retour sur les débuts d'acteurs devenus des monstres sacrés tel Daniel Auteuil dans les fameux Sous-Doués. Mais si, mais si, ne faites pas les intellos on a tous un jour passer une heure ou deux devant ce genre de film.


La littérature et ses hussards Druon, Nimier, Blondin qui ont si bien représenté leur époque. Simonin, Dard, Céline et tant d’autres devenus aujourd’hui des classiques.


La musique, la radio, les voitures, toutes les passions de l'auteur y passent pour notre plus grand plaisir.

Adios n'est pas un roman, mais un melting-pot des meilleurs papiers de l'auteur parus dans des revues aussi diverses que Valeurs actuelles, Causeur, Service Littéraire, Automobile légende ou encore Rétro Tourisme.

Courte critique, sans doute, je voulais rester dans le thème.  D'ailleurs cet exercice m'a rappelé la difficulté de la chronique. Exercice que Thomas Morales réussi à la perfection.

Bravo et merci pour cet éloge du passé !


Eric Neirynck

Thomas Morales, Adios, Pierre-Guillaume De Roux - 170 pages - 17,00€

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.