Sur le même thème

2 commentaires

Apprendre qu'il n'y a pas que le "jouir" ni surtout le "mieux jouir" etc etc etc - autre article d'Anne Bert.

pour apprécier le plaisir d'un texte, il convient de connaître c'est quoi la tonalité d"in texte. Le ton d'un texte. 

En lisant les textes, certains suscitent une émotion chez le lecteur  comme le rire, la tristesse, l'exaltation...On dit que le texte possède un ton, c'est-à-dire des caractéristiques qui génèrent un état affectif chez le lecteur.

Les différents tons textuels 

Le ton comique 
Le ton comique provoque l'amusement et le rire. les procédés utilisés sont : jeux de mots, de sons, calembour, comparaison amusante...Ce genre de ton se manifeste généralement dans les pièces théâtrales comme celles de Molière. Exemple : C'est un gras mais rien pour un grammairien (calembour). 

Le ton tragique 
Le ton tragique exprime un destin fatal, sans issu voire la mort. Ce genre se manifeste généralement dans les pièces de théâtres tragiques comme celle de Racine. Il se caractérise par un champ lexical de la mort, de la souffrance...Exemple : Nous travaillons pour les autres jusqu’à notre vieillesse et quand notre heure viendra, nous mourrons sans murmure et nous dirons dans l’autre monde que nous avons souffert, que nous avons pleuré, que nous avons vécu de longues années d’amertume, et Dieu aura pitié de nous. (Tchekhov)

Le ton ironique 
Le ton ironique dénonce, critique parfois de manière virulente une personne ou une société tout en ironisant. les procédés employés pour provoquer ce ton sont : antiphrases, exagération, caricature...Ce genre de ton se manifeste dans la presse et les pamphlets. Exemple : Notre président fait la pluie, mais jamais le bon temps, une ironie qui modifie le structure du proverbe français : faire le pluie et le bon temps.

Le ton pathétique 
Ce ton déclenche un sentiment d'attendrissement et de pitié.  Les procédés mises en oeuvre sont : champ lexical des larmes, de la douleur, des mots à connotation émotive...Le temps pathétique se manifeste dans les romans engagés et réalistes comme Germinal de Zola qui dénonce la vie misérable des classes laborieuses. Exemple : "Cosette était maigre et blême. Elle avait près de huit ans, on lui en eût donné à peine six. Ses grands yeux enfoncés dans une sorte d’ombre profonde étaient presque éteints à force d’avoir pleuré. Les coins de sa bouche avaient cette courbe de l’angoisse habituelle, qu’on observe chez les condamnés et chez les malades désespérés. Ses mains étaient, comme sa mère l’avait deviné, « perdues d’engelures ». Le feu qui l’éclairait en ce moment faisait saillir les angles de ses os et rendait sa maigreur affreusement visible. Comme elle grelottait toujours, elle avait pris l’habitude de serrer ses deux genoux l’un contre l’autre.
Tout son vêtement n’était qu’un haillon qui eût fait pitié l’été et qui faisait horreur l’hiver. Elle n’avait sur elle que de la toile trouée ; pas un chiffon de laine. On voyait sa peau çà et là, et l’on y distinguait partout des taches bleues ou noires qui indiquaient les endroits où la Thénardier l’avait touchée. Ses jambes nues étaient rouges et grêles. Le creux de ses clavicules était à faire pleurer."  Hugo, Les Misérables. 

Le ton lyrique 
Le ton lyrique provoque chez le lecteur des sentiments intimes et d'amour. Il se manifeste généralement dans les poèmes et les lettres d'amour. Il se caractérise par la présence d'un champ lexical galant et les pronoms personnels qui renvoient aux deux interlocuteurs (je, moi,tu, vous...). Exemple :
Parce que l'amour est plus fort que tout,
J'aimerais être près de toi en tout instant,
Vaincre les plus grands tourments,
Et rester avec toi, vivre l'amour fou.

Le ton épique 
le ton épique est un ton qui attribue aux hommes des capacités surhumaines. Il utilise des procédés comme : les superlatifs, l'hyperbole, la gradation et le merveilleux... Exemple : La guerre s'est soldée par un fleuve de sang (hyperbole). La chevalier vêtu en blanc a réussi à anéantir tout seul  l'armée de l’ennemi (hyperbole). C'est le chevalier le plus célèbre de tous les moments (superlatif).

NB.: Dans un texte, plusieurs tons peuvent se cohabiter au même temps.

Exercice :Quel est le ton dominant dans le texte suivant tout en avançant une explication.
Un sentiment d'apaisement me submerge à ton contact, tu es mon âme sœur, ma muse, source d'inspiration et de joie intarissable. Mon amour s'intensifie quotidiennement, conscient d'être chanceux je souhaite simplement t'exprimer le bonheur que j'éprouve en ta compagnie. Je t'aime mon amour.

Réponse : dans ce texte c'est le ton lyrique qui prédomine dans la mesure où il y a la présence d'un vocabulaire affectif (amour, bonheur, joie, âme sœur) et les indices qui renvoient aux deux interlocuteurs ( me, ton, te, ma, je, tu).

 

Un cours réalisé par Zoubir YAHIAOUI 

zoubir.yahiaoui04@gmail.com