Basquiat, Dubuffet, Soulages… à la Fondation de l’Hermitage

À Lausanne, il n’y a pas que le musée des Jeux olympiques ni les jardins fleuris du Beau-Rivage pour y savourer un thé rouge à dix-sept heures précises, il demeure, sur les hauteurs de la plus belle ville des bords du lac Léman, un havre de paix qui est aussi un musée : la Fondation de l’Hermitage.

Vous avez donc jusqu’au 30 octobre 2016 pour aller vous y perdre, le temps d’une promenade dans le parc, d’une pause sur le perron avec cette vue unique sur le lac et les Alpes, et surtout l’exposition si particulière qui vous est proposée : un joyeux fourre-tout, une collection construite au fil des ans par un helvète qui préfère conserver l’anonymat, homme de goût et curieux de cet art qui évolua au fil des années. Art qui l’interpella aussi bien dans le domaine de la peinture que de la sculpture, sans chapelle ni doctrine. Notre collectionneur achetant selon ses désirs, ses amours, ses amitiés tissées avec les artistes ; si bien que le visiteur peut chanceler parfois tant le grand écart est tendu, profond, mais n’est-ce pas dans l’effort, dans cette profondeur, dans le détail que tout se joue, finalement ?

Quelle unité dans tout ce capharnaüm ? À chacun d’y voir l’étincelle de vie, la poudre d’insolence qui brouille les yeux, la délicatesse du trait, le meccano contemporain d’un mobile automatisé, l’exubérance des couleurs, l’anachronisme des jeux de situations dans un accrochage qui s’étire du sous-sol à la sous-pente d’une demeure hantée par ses fantômes…

Voyage intérieur plus qu’exposition, votre venue à l’Hermitage sera bien plus qu’une expérience, une plongée en vous-même par le biais d’œuvres exceptionnelles portant les stigmates d’une époque, d’un artiste fou qui ne peut s’échapper que par le dessin, d’une vision capturée sur la toile, d’une projection en trois dimensions d’une utopie… un rythme ponctue l’accrochage, entre ces bustes classiques des XVIIIe et XIXe siècles et l’épure d’une toile de Robert Barry, ou Olivier Debré… compte-rendu exhaustif d’un regard très personnel, infiniment sensible et contrasté, que notre collectionneur aura posé sur l’art occidental tout au long de sa vie.


C’est bien un regard original que notre collectionneur a posé sur la scène artistique moderne, de l’art de l’après-guerre et de l’informel (Jean Dubuffet, Asger Jorn) au néo-expressionnisme (Miquel Barceló, Jean-Michel Basquiat, Anselm Kiefer), avec des œuvres portée par la poésie, intenses, graves ou légères (Giuseppe Penone, Bertrand Lavier, Pierre Soulages, ou encore Niele Toroni) qui ajoutent une idée de légèreté, si chère à Milan Kundera, posée sur la création contemporaine européenne, histoire de rappeler qu’il ne faut surtout pas prendre cela trop au sérieux...

Les américains sont aussi bien présents, rappelant les modes passagères que furent l’art conceptuel et minimaliste, ainsi que l’expressionnisme abstrait : Carl Andre, Louise Bourgeois, Chris Burden, Sol LeWitt, Agnes Martin, Sean Scully, Mark Tobey ou encore Cy Twombly, autant d’accents importants de cette collection.


Mais comme notre collectionneur ne s’autorise aucune frontière ni limite, au détour d’une pièce le visiteur stoppera sa déambulation quand il rencontrera les signes de l’art brut ou naïf sans évoquer la légère chair de poule qui s’érige quand vous arrivez face aux portraits peints par Auguste Renoir, André Derain, Chaïm Soutine ou Antonin Artaud…

Si ce très beau catalogue ne sera commercialisé en France que le 31 août 2016, il est disponible à la librairie de la Fondation ; laquelle vous donne rendez-vous en avril 2017 pour un autre grand moment de plénitude autour des joyaux impressionnistes et postimpressionnistes de la Fondation E. G. Bührle, qui héberge sans conteste l’un des ensembles les plus importants d’art du XIXe et du début du XXe siècles. Une sélection de plus de cinquante tableaux de Bonnard, Braque, Cézanne, Corot, Courbet, Daumier, Degas, Delacroix, Derain, Fantin-Latour, Gauguin, Hals, Ingres, Manet, Modigliani, Monet, Picasso, Pissarro, Renoir, Sisley, Soutine, Toulouse-Lautrec, Van Gogh, Vlaminck et Vuillard, permettra aux visiteurs de découvrir la richesse extraordinaire de cette collection hors du commun.

 

François Xavier

 

Sylvie Wuhrmann & Didier Semin, Basquiat, Dubuffet, Soulages… Une collection privée, 240x290, plus de 100 illustrations couleurs, Skira, août 2016, 200 p. – 39,00 euros

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.