Sexbeast, sur les trace du pire tueur en série de tous les temps

L'accroche est très commerciale. Dans la grande famille des tueurs en série, pour décrocher le titre de "pire de tous les temps", il faut quand même avoir un sacré palmarès ! Reconnaissons que celui de Gerard Schaefer est assez fourni. Très jeune, il s'isole dans la forêt pour se suspendre et s'infliger quelques supplices, dont des étranglements, pour se mettre en condition et accroitre le plaisir de la masturbation, souvent vêtu de dessous féminin. Puis ce sont des pulsions de meurtre, de violence sur des femmes, de domination, d'exploration des matières fécales expulsées lors de pendaison de ses victimes, qu'il commence par torturer, puis tuer, puis violer... Un vrai prétendant au titre ! Condamné pour le meurtre de deux jeunes femmes et pour la disparition de deux autres, celui qui aura été professeur et policier sera finalement massacré (quarante-deux coups de couteau) par un co-détenu. 
La particularité de Schaefer est aussi d'être un "auteur", publié de deux recueils de nouvelles qui sont pour les spécialistes soit des aveux de ses crimes, soit l'expression de ses pulsions les plus "sales"... Il est également le "modèle" d'un autre bon client, Ottis Toole.
Stéphane Bourgoin plonge dans vingt ans d'archives personnelles, qu'il complète par des entretiens avec les personnages importants de cette histoire pour former le portrait véritable d'un monstre à l'allure débonnaire. Les ignominies dont il s'est rendu coupable, sur de très jeunes femmes le plus souvent, dénote une inhumanité féroce orientée uniquement sur la réalisation de son désir sexuel, lui-même très morbide et régressif. Stéphane Bourgoin dresse la liste des perversions de Schaefer, cet homme d'une intelligence supérieure qui aura été le bourreau d'au moins une centaine de victimes : voyeurisme, sadisme, sondage, fétichisme, urologie, scatophilie, météorophilie (le fait d'être suspendu), autoérotisme, travestisme, pornographie, zoophilie, nécrophilie, cannibalisme... Le titre lui revient-il ? C'est pour le moins un prétendant sérieux ! 
Si l'enquête de Stéphane Bourgoin, le grand spécialiste que l'on connait, est comme d'habitude très fouillée et résulte d'une véritable connaissance de son sujet — il l'a rencontré à plusieurs reprises —, on regrettera la médiocrité des documents graphiques qui salissent plus qu'ils n'accompagnent le récit.

Loïc Di Stefano


Stéphane Bourgoin, Sexbeast, sur les trace du pire tueur en série de tous les temps, Grasset, novembre 2015, 240 pages,n 19 eur

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.