Le roi Lear, indiscutablement du grand art

Le décor est comme une rotonde ouverte, un peu un Colysée vu en coupe, écrin solennel. Tout autour s’ouvrent de multiples portes pour laisser passer les courtisans. D’emblée, on est mis en présence d’un cérémonial abstrait, réduit à son expression essentielle. De petites sonneries, des coups d’épée, des pas précipités donnent au spectacle son rythme soutenu et solennel. La pièce de Shakespeare exprime la nature, la dégénérescence, la succession et ses avatars, entre rupture et continuité. Serge Merlin incarne avec grandeur, majesté, sublime efficacité le Roi Lear, dépossédé par sa descendance.  Les bouffons, les paillards sont bien incarnés, ils parviennent à donner un relief au propos.  La troupe nombreuse s’ébat avec aisance et sérénité.

 

Un beau spectacle, cohérent et bien conduit : Christian Schiaretti a le génie de rendre manifestes et lisibles les affaires les plus complexes et les plus tortueuses. La mise en scène maintient opportunément le doute sur la culpabilité : elle refuse de trancher a priori, nous entraînant dans un enchaînement incontrôlé et dévastateur, ne craignant pas d’affronter le grandiose, le sacré. Le roi peut apparaître à terre, brisé et déchu, mais relié à des forces primaires, apôtre d’incantations désespérées. Une représentation sobre, martiale, toute empreinte de vigueur, de richesse mais aussi d’humanité. Bien sûr, les derniers moments sont traités de façon morale et psychologique, donnant un nouvel éclairage, particulièrement émouvant, au propos. Efficace, incontestable, essentiel.

 

Christophe Giolito



Le Roi Lear de William Shakespeare

mise en scène Christian Schiaretti

avec Serge Merlin Lear,roideGrande-Bretagne ; Pauline BayleCordélia,filledeLear ; Andrew  BennettLefoudeLear ; Magali Bonat Régane,filledeLear ; Olivier Borle*Oswald,intendantdeGoneril ; Paterne Boungou**Curan,courtisan ; Clément Carabédian*
Le
roideFrance,gentilhomme ; Philippe DuclosLecomtedeGloucester ; Philippe Dusigne**Unvieillard,métayerdeGloucester,unmédecin ; Christophe Maltot
Edgar,
filsdeGloucester ; Mathieu PetitLeducdeBourgogne ; Clara Simpson**Goneril,filledeLear ;
Philippe Sire Le
ducd’Albany,marideGoneril ; Julien Tiphaine*LeducdeCornouailles,marideRégane ; Vincent WinterhalterLecomtedeKent ; Marc ZingaEdmond,lebâtarddeGloucester et Victor Bratovic, Romain Bressy, Franck Fargier, Lucas Fernandez, Florent Maréchal, Sven Narbonne, Joël Prudent, Loïc Yavorsky
*Comédiens
delatroupeduTNP, **ComédiensdelaMaisondescomédiens

 

Texte français Yves Bonnefoy ; dramaturgieFlorent Siaud ; scénographieetaccessoires
Fanny Gamet d’après
uneidéedeChristian Schiaretti ; costumesThibaut Welchlin ; lumières
Julia Grand 
; coiffures,maquillages Romain Marietti ; son Laurent Dureux ; collaboratriceartistique
Michèle Merlin 
;assistanteàlamiseenscène Yasmina Remil ; élève-assistantedel’ENSATT
Julie Guichard.

 

Au théâtre de la Ville, place du Chatelet, du 12 au 28 mai 2014 durée : 3H55

http://www.theatredelaville-paris.com/spectacle-LeRoiLear-596

du lundi 12 au mardi 13 mai 2014 - 19h30, du jeudi 15 au samedi 17 mai 2014 - 19h30, le dimanche 18 mai 2014 - 17h00, du mercredi 21 au samedi 24 mai 2014 - 19h30, du mardi 27 au mercredi 28 mai 2014 - 19h30.

 

Production Théâtre National Populaire ; coproductionThéâtre de la Ville, Paris ;

aveclaparticipationartistique duJeune Théâtre National.

 

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.